La paranoïa frappe Red Bull

La reconduction nécessaire des Accord Concorde pèse au-dessus de la tête des décideurs du paddock et a des conséquences directes sur l’atmosphère dans celui-ci, estime le Dr Helmut Marko, conseiller sportif de Red Bull Racing

La reconduction nécessaire des Accord Concorde pèse au-dessus de la tête des décideurs du paddock et a des conséquences directes sur l’atmosphère dans celui-ci, estime le Dr Helmut Marko, conseiller sportif de Red Bull Racing.

Avec de gros enjeux financiers et techniques au bout des discussions actuelles, et des menaces et pressions exercées de toutes parts, comme par Mercedes-Benz -n’écartant pas l’idée de se retirer-, l’ambiance n’est pas des plus chaleureuses. Red Bull est également en ligne de mire d’un point de vue technique et nombreuses sont les équipes prêtes à dénicher la moindre petite faille sur les RB8 pour dénoncer des irrégularités, comme à Monaco ou au Canada.

Quand on pense à un weekend de course, les choses ont l’air belles et légères, mais c'est très différent dans la réalité”, estime ainsi Marko, qui pense que Red Bull est perçu différemment de nombreuses autres équipes en raison du fait qu’il ne s’agit pas d’un constructeur automobile au départ. Red Bull est également l’une des seules équipes refusant un contrôle des ressources mises en œuvre pour produire une F1.

Marko était allé jusqu’à imaginer une théorie de conspiration suite à l’entrée en piste du Safety-Car à Valence, réduisant à néant l’avance de Sebastian Vettel, qui filait seul en tête.

Ce qui ennuie encore plus [les autres] est que nous avons réalisé un super deal avec Bernie Ecclestone et pas seulement sur la base du budget : également sur celle du prestige”.

Une notion qui visiblement ne transpire pas de chez Mercedes AMG selon Ecclestone.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Sebastian Vettel , Bernie Ecclestone
Équipes Red Bull Racing , Mercedes
Type d'article Actualités