La situation politique des deux Corée dégénère

Depuis quelques semaines, la situation politique de la péninsule de Corée est de plus en plus inquiétante

Depuis quelques semaines, la situation politique de la péninsule de Corée est de plus en plus inquiétante.

Il y a quelques jours, la Corée du Nord avait rappelé qu'elle était “en état de guerre” avec la Corée du Sud, prévenant que la moindre provocation venant de celle-ci ou des États-Unis mènerait à une guerre totale et nucléaire.

Le territoire coréen a été divisé à la fin de la seconde guerre mondiale, mais les deux pays ont suivi des trajectoires bien différentes : la Corée du Nord est alors devenue une dictature de type stalinien, tandis que la Corée du Sud est une république capitaliste, symbole du mode de vie américain, où prospèrent les multinationales telles que Hyundai, Kia ou Samsung.

Les deux pays se sont fait la guerre de 1950 à 1953, lorsque la Corée du Nord a envahi la Corée du Sud, sans succès du fait du soutien apporté au Sud par les pays occidentaux. Depuis, la frontière que représente le 38e parallèle est respectée, mais les deux pays sont toujours officiellement en guerre, puisque seul un armistice a été signé, et non un traité de paix.

Ainsi, un porte-parole nord-coréen vient de déclarer : “La situation de la péninsule coréenne se dirige doucement vers une guerre thermonucléaire à cause des actions hostiles toujours aussi peu dissimulées des belligérants des États-Unis et de la Corée du Sud”.

Ainsi, la télévision nord-coréenne a prévenu d'une “guerre de représailles totale, sacrée et sans merci”, avant d'ajouter : “Nous ne voulons pas que les étrangers qui se trouvent en Corée du Sud soient victimes de la guerre. Tous les étrangers, y compris les touristes, doivent prendre des mesures pour partir et se mettre à l'abri”, tandis que la frontière entre la Chine et la Corée du Nord a été fermée, cette dernière demandant aussi aux étrangers présents sur son territoire de partir.

Bien que les États-Unis minimisent l'importance des événements et ne recommandent pas à leurs citoyens d'éviter de voyager en Corée du Sud, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon a fait part de son inquiétude. Difficile de savoir si la Corée du Nord est prête à agir; auquel cas, il pourrait y avoir d'évidentes répercussions sur le Grand Prix de Corée.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités