La vraie fausse polémique des supertendres utilisés à Jerez

Mardi, la salle de presse crépitait de questions concernant des photos ayant fait leur apparition, mettant en scène la McLaren de Jenson Button chaussée d’un train d’enveloppes Pirelli rouges, désignant les pneus supertendres

Mardi, la salle de presse crépitait de questions concernant des photos ayant fait leur apparition, mettant en scène la McLaren de Jenson Button chaussée d’un train d’enveloppes Pirelli rouges, désignant les pneus supertendres.

Beaucoup pensaient que l’utilisation des gommes les plus tendres de la gamme Pirelli était impossible ou interdite sur les essais de Jerez. En réalité, le manufacturier italien avait fortement recommandé aux équipes d’oublier toute utilisation de ces enveloppes sur le tracé le plus abrasif de l’année, par des températures qui plus est fraîche, sans aucune gomme déposée sur la piste : la durée de vie des P Zero Rouges, pensés volontairement pour privilégier la performance et se dégrader rapidement, ne dépasse pas quelques dizaines de virages dans ces conditions.

Le nombre de pneus autorisé pour cette semaine de Jerez est donc bien limité, mais les équipes peuvent utiliser à loisir les types de composés de leur choix.

Mardi matin, donc, Button tournait quelques instants dans la matinée avec des pneus rouges, qui apparaissaient en lambeaux à leur retour au stand. Mais rien n’interdisait un team d’utiliser des trains supertendres dans l’allocation pneumatique de 100 trains pour l’ensemble de la saison de tests. L’exercice est tout simplement jugé inutile : ces pneus, disponibles en quantité réduite, sont précieux pour les futurs essais de Barcelone.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jenson Button
Équipes McLaren
Type d'article Actualités