Latifi : Ce genre de départ n'arrive "qu'une fois dans votre carrière"

Nicholas Latifi admet avoir été exceptionnellement chanceux en capitalisant sur les deux carambolages du départ du Grand Prix de Hongrie pour gagner douze positions et décrocher ses premiers points en Formule 1.

Il fallait être capable de prédire l'avenir pour parier sur une arrivée de Nicholas Latifi dans le top 10 du Grand Prix de Hongrie. Car le pilote Williams, qui courait après ses premiers points en F1 avant d'atterrir à Budapest, a déjoué tous les pronostics en ralliant l'arrivée à la huitième place, qui s'est ensuite transformée en septième position à la suite de la disqualification de Sebastian Vettel. 

Même s'il n'a pas remporté la course ou terminé sur le podium, Latifi a sans nul doute été le grand gagnant du premier tour. Parti sur l'avant-dernière ligne de la grille de départ, le Canadien a vu se produire devant lui une scène sortant de l'ordinaire : sur les neuf premiers du classement général, six ont été impliqués dans des accrochages au premier virage, causés par Valtteri Bottas et Lance Stroll. Latifi n'a eu qu'à garder sa FW43B à la corde pour gagner douze positions en moins de 100 mètres, et le pilote Williams est certain qu'il ne revivra plus jamais un pareil départ. 

"C'est le genre de départ dont vous rêvez mais que vous n'avez qu'une fois dans votre carrière", a-t-il expliqué après la course. "Je suppose qu'il fallait simplement profiter de cette opportunité. Nous ne connaitrons peut-être pas une autre course comme celle-ci. Nous espérons être en position de marquer des points tout au long de l'année, mais peut-être [que l'occasion ne se représentera plus]. Nous espérons que ce ne sera pas le cas."

Bien que les causes de sa remontée diffèrent avec celles de l'ancien pilote Haas, Nicholas Latifi a eu une pensée pour Kevin Magnussen dans le premier tour. L'an dernier, le Danois était lui aussi au volant d'une monoplace peu performante pour prétendre aux places de tête au Grand Prix de Hongrie mais il était passé de la seizième place à la troisième en s'arrêtant dès le tour de formation pour chausser des pneus slicks sur une piste séchante. 

"Le départ en lui-même n'a pas été le meilleur, mais je suis resté à l'écart du carnage devant", a poursuivi Latifi. "Je suppose que ça a été le seul avantage de partir derrière, car vous êtes aux premières loges et, au final, j'ai pu en profiter. Avant la voiture de sécurité, je ne connaissais pas ma position mais j'ai vu que j'étais dans les points. J'ai pensé à l'année dernière et à la position dans laquelle la Haas [de Kevin Magnussen] s'était retrouvée. Je savais qu'une opportunité se présenterait."

Sixième à la fin du premier tour, Latifi a ensuite profité du dernier emplacement du garage Williams dans la voie des stands pour gagner trois positions supplémentaires et être sur le podium provisoire du Grand Prix !

Ayant parfaitement contenu Yuki Tsunoda et Carlos Sainz, quatrième et cinquième, en début de parcours, Latifi a ensuite reculé dans le classement, sa FW43B montrant ses limites au niveau du rythme sur les longues distances. Dépassé lors de son arrêt au stand par Tsunoda, qui a fait un undercut, et par Sainz, qui s'est maintenu devant son adversaire en s'arrêtant plus tard, Latifi n'a au final subi que deux dépassements en piste lorsque Lewis Hamilton puis Pierre Gasly l'ont effacé au bout de la ligne droite principale.

"Je faisais simplement ma propre course, en me concentrant sur mes pneus et sans essayer de rester avec les voitures devant, parce que j'avais la neuvième voiture la plus rapide des qualifications", a-t-il commenté. "Donc j'ai essayé de garder [les pneus] en vie pour la fenêtre d'arrêt. On a subi un undercut, un overcut, et on a reculé. Sur la fin, c'était très difficile de gérer les pneus, [le rythme] a vraiment chuté. Mais les points étaient l'objectif des deux voitures. Maintenant, l'équipe est huitième au championnat. Je pense que c'est tout ce que nous pouvions espérer avant la pause estivale."

Lire aussi :

Latifi cherche à convaincre Williams de le conserver

En dépit de ses généreux sponsors, qui permettent à l'écurie britannique de prendre une petite bouffée d'air frais, Nicholas Latifi n'est toujours pas assuré de piloter pour Williams en 2022. La septième place décrochée au Grand Prix de Hongrie, devant George Russell, est donc particulièrement importante pour le Canadien alors que son coéquipier semble se diriger vers Mercedes et que de nombreux candidats à sa succession toquent à la porte.

"[Ce résultat] est extrêmement important", a-t-il affirmé. "Évidemment, mon ambition est de rester dans l'équipe l'année prochaine. Et je n'ai rien de sûr pour le moment. Donc, un résultat comme celui-ci ne peut qu'aider. C'est un résultat unique, nous avons profité de l'occasion. Il y a encore beaucoup de courses à faire, [il faut] continuer à s'améliorer de mon côté pour montrer à l'équipe que je veux rester ici et que je vais de l'avant."

partages
commentaires
Wolff : Seul un "magicien" peut gérer les développements 2021 et 2022

Article précédent

Wolff : Seul un "magicien" peut gérer les développements 2021 et 2022

Article suivant

Départ solitaire de Hamilton : image ridicule ou atout pour la F1 ?

Départ solitaire de Hamilton : image ridicule ou atout pour la F1 ?
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021