Lauda : On détruit notre propre sport

A l'instar des propos de Ron Dennis, Niki Lauda s'est montré très remonté par rapport aux critiques et différents débats ouverts depuis le premier Grand Prix de la saison à Melbourne

A l'instar des propos de Ron Dennis, Niki Lauda s'est montré très remonté par rapport aux critiques et différents débats ouverts depuis le premier Grand Prix de la saison à Melbourne.

Pour le triple Champion du Monde autrichien, aujourd'hui président non-exécutif de l'écurie Mercedes, le monde de la Formule 1 commet une grosse erreur en remettant en cause les nouvelles règles techniques, que ce soit au niveau du bruit des moteurs ou encore des économies de carburant. Se critiquer soi-même, quel pire moyen de vendre la catégorie reine selon Lauda ?

"Si Ron Howard avait dit : 'Je fais le film Rush et je peux vous dire, les gars, que c'est le pire film que j'ai jamais fait', personne ne serait allé le voir", a-t-il lancé dans les colonnes d'Autosport. "Alors ce que nous faisons en ce moment en raison de ces différentes influences est en train de détruire notre propre sport."

Selon lui, ce sont les plaintes des promoteurs du Grand Prix d'Australie après l'épreuve, concernant le son trop faible des nouveaux V6 turbo, qui a mis le feu aux poudres et a ouvert la porte à toutes les critiques.

"Je pense que tout a commencé en Australie parce que les organisateurs se sont plaints au sujet du bruit, et Bernie [Ecclestone] se plaint depuis le premier jour au sujet du bruit", souligne Lauda. "Ensuite, cela a engendré une dynamique et di Montezemolo s'en est mêlé en disant qu'il n'y avait pas assez de carburant. Je n'ai jamais vu une approche aussi stupide autour d'un problème. Je parle comme une personne normale, je ne parle pas en tant que membre de Mercedes."

"Si nous arrêtons ces conneries (sic!) nous-mêmes, ensuite tout ira bien. Le problème du bruit continuera, car les fans veulent toujours du bruit, mais le reste disparaîtra. Cela n'aurait jamais dû en arriver à ce point où nous détruisons notre propre sport. C'est ma plus grande inquiétude."

Lauda s'insurge également face à ceux qui prétendent que la F1 n'est pas spectaculaire en 2014, notamment en raison de la domination de Mercedes lors des trois premiers Grand Prix. Lui préfère y voir un signe rassurant après l'écrasante mainmise de Red Bull Racing la saison dernière.

"Je ne me soucie pas de qui gagne, mais c'est extrêmement injuste que l'on se plaigne maintenant parce que les premières courses ont été remportées par Mercedes", déplore-t-il. "Red Bull et Vettel ont ennuyé tout le monde durant la deuxième partie de la saison dernière en gagnant neuf courses, et personne n'a rien dit. C'est injuste. La seule chose que je peux dire, c'est qu'après la domination de Red Bull, il y a quelqu'un d'autre maintenant."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Niki Lauda
Équipes Red Bull Racing , Mercedes
Type d'article Actualités