Le carnet de bord technique de Barcelone

Barcelone est un circuit rapide, fluide et technique –très exigeant avec les pneus-

Barcelone est un circuit rapide, fluide et technique –très exigeant avec les pneus-. Les températures y sont élevées et la surface de la piste est raisonnablement abrasive. Ce sont cependant plus que tout les importantes charges d’énergie latérales qui dictent exactement à quel point les enveloppes se dégradent.

Le tracé de 4.655 km propose 16 virages (majoritairement des droits), et place l’accent sur le pneu gauche, qui assure l’essentiel du travail.

Cette saison, les mélanges pneumatiques sont globalement plus durs que leurs équivalents 2013, Pirelli ayant dû modifier ses carcasses et composés pour supporter le couple supérieur lié au turbo sur le train arrière.

La clé pour un tour rapide à Barcelone réside dans la découverte du bon compromis entre grip aérodynamique et grip mécanique. La majorité des équipes aligne un réglage rigide à l’avant pour favoriser l’entrée en courbe, mais privilégient la douceur à l’arrière pour gagner de la traction.

Les changements de direction du vent sont une variable significatrice à Barcelone. Ils ont un impact important sur l’équilibre de la monoplace et pour les réglages, notamment dans le premier virage.

Traditionnellement, Barcelone se remporte depuis la pole. Neuf des onze dernières courses disputées sur cette piste ont été remportées depuis la pole position. L'an dernier fut une exception : Fernando Alonso y fut le seul pilote, avec Michael Schumacher (troisième sur la grille en 1996), à remporter le Grand Prix d'Espagne sur le circuit de Catalogne, sans s'être élancé depuis la première ligne de la grille de départ.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Michael Schumacher , Fernando Alonso
Type d'article Actualités