Le débitmètre, nouvel ennemi N°1 de Red Bull (1/2)

partages
commentaires
Le débitmètre, nouvel ennemi N°1 de Red Bull (1/2)
17 mars 2014 à 12:33

B





B.S/G.N - C’est ce petit appareil de mesure qui est la cause de la disqualification de Daniel Ricciardo lors du premier GP de la saison 2014, à Melbourne.

Ce débitmètre à ultrasons est implanté sur toutes les monoplaces de Formule 1, depuis cette saison. C’est la société anglaise Gill Sensors qui a été chargée de le commercialiser aux équipes participant au championnat du monde de Formule 1 2014.

Suite au GP d’Australie, la nouvelle tombe : la consommation de la RB10 de Daniel Ricciardo est sous investigation des commissaires de course chargés de faire respecter le règlement sportif et technique FIA F1 2014.

Pour comprendre là où le bât blesse, Bill Suserg, consultant technique exclusif ToileF1, explique pour commencer comment fonctionne ce diable de débimètre !

« Il s’agit d’un débitmètre à ultrasons : le carburant circule dans un tube sans être gêné par un appareil de mesure, vu que c’est une onde acoustique qui mesure le flux », nous explique-t-il. « En fait, un signal ultrason est envoyé par une anode dans le flux de carburant ; cette onde va suivre le flux jusqu’à un capteur positionné à la sortie de carburant. C’est la vitesse où l’onde est reçue par ce capteur qui détermine la vitesse du flux, donc de la fourniture d’essence au moteur ».

Ce débitmètre est capable d’analyser le volume de flux traversant l’appareil 100 fois par seconde. Les mesures sont envoyées à l’ECU de télémétrie et captées par des commissaires de la FIA, préposés à ces contrôles.

Ils reçoivent sur leurs ordinateurs un graphique ressemblant à celui ci-dessous :





La courbe violette désigne la consommation instantanée à chaque seconde. Chaque fois que le graphique dépasse la ligne rouge, la consommation devient illégale. Les commissaires de la FIA s’occupant de ces contrôles préviennent l’équipe concernée dès le premier dépassement et sous forme d’avertissement, informent l’équipe que le pilote doit interagir sur son volant pour limiter cette consommation (ça a été le cas pour Red Bull ce dimanche).

« Je rappelle le règlement technique 2014 en résumant : il est interdit en toutes circonstances de dépasser le ratio de 100kg/heure d’alimentation du moteur en carburant », tient à préciser Bill Suserg.

« La fausse idée serait de croire que les équipes sont seulement tenue de finir le Grand Prix avec une moyenne inférieure ou égale à 100kg/heure de carburant consommé : c’est faux, il ne faut jamais dépasser cette valeur en consommation instantanée ».

Prochain article Formule 1
Les organisateurs du GP d'Australie déçus par le son des V6

Article précédent

Les organisateurs du GP d'Australie déçus par le son des V6

Article suivant

Pourquoi la F1 reste un grand spectacle en 2014

Pourquoi la F1 reste un grand spectacle en 2014

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Daniel Ricciardo Boutique
Type d'article Actualités