Le dilemme de Mercedes pour motoriser Red Bull

Le directeur de Mercedes Motorsport, Toto Wolff, a reconnu qu’il avait deux manières de voir l’idée de motoriser ou non Red Bull Racing à l’avenir. 

Alors que le futur est incertain pour Red Bull côté moteur, dans l’attente de la décision de Renault quant à son engagement en F1, l’écurie de Milton Keynes évalue ses possibilités pour trouver un partenaire à l’issue de la saison prochaine. 

Ferrari a fait une offre informelle - qui selon les sources de Motorsport.com serait de disposer de la même unité de puissance que l’équipe d’usine - tandis que Red Bull espère convaincre Mercedes de mettre fin à sa résistance de longue date. Il est de notoriété publique que les dirigeants de la firme à l’Etoile se sont montrés fermement opposés à tout partenariat avec Red Bull par le passé. 

Image de marque importante

S’exprimant dans les colonnes de La Gazzetta dello Sport, Wolff a indiqué jeudi qu’il existait un argument suggérant qu’il y aurait des bénéfices, tout comme il y aurait des inconvénients pour l’équipe Mercedes. 

Interrogé sur la situation avec Red Bull, il a déclaré : "Il y a un accord en place [entre Red Bull et Renault] et nous ne voulons pas interférer sur des questions légales entre les parties."

"Cependant, si je porte la casquette de Mercedes-Benz Motorsport et que je parle au nom de la Formule 1, je dois dire que c’est une option attrayante car cela nous lierait à une marque qui attire les jeunes avec ce qui gagne. Mais bien sûr, en tant que directeur de l’équipe, ce n’est pas vraiment idéal de renforcer un concurrent qui sait comment construire des voitures qui gagnent."

Renault étudie toujours pour sa part ses options et considère sérieusement un rachat de Lotus pour créer sa propre écurie d’usine. En marge de ces plans, il est toujours question d’honorer le contrat avec Red Bull et Toro Rosso pour sa dernière année, en 2016. 

A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Red Bull Racing
Type d'article Actualités
Tags mercedes, renault, wolff