Le grand défi des drapeaux bleus, selon Rossi

partages
commentaires
Le grand défi des drapeaux bleus, selon Rossi
Par : Benjamin Vinel
26 déc. 2015 à 08:00

Depuis 2010, les drapeaux bleus jouent un rôle très important dans les courses des nouvelles écuries.

Alexander Rossi, Manor F1 Team
Alexander Rossi, Manor F1 Team
Alexander Rossi, Manor Marussia F1 Team
Alexander Rossi, Manor F1 Team
Alexander Rossi, Manor Marussia F1 Team
Alexander Rossi, Manor F1 Team

Dès 2010, Lotus, Virgin et HRT se sont livré une lutte sans merci pour se devancer les uns les autres, et la gestion des drapeaux bleus était un aspect crucial de cette bataille. Adapter les arrêts au stand pour éviter de laisser passer un groupe de monoplaces ou s'assurer de trouver l'endroit le plus propice pour s'écarter peut faire gagner des secondes.

Manor est la seule des trois écuries qui soit toujours présente en Formule 1, les deux autres ayant fait faillite, mais malgré l'absence de concurrence en fond de grille, le problème reste le même. Alexander Rossi, vice-champion GP2, a dû s'y habituer lors de son intérim de cinq Grands Prix en fin de saison dernière.

"Gérer les drapeaux bleus est bien plus difficile que je ne le pensais!" commente l'Américain pour GPUpdate.net. "Il faut les laisser passer [les leaders] sans perdre de temps soi-même. En Formule 1, les pneus sont encore plus sensibles à la température qu'en GP2, donc si on sort de la trajectoire, qu'on récupère des boulettes de gomme et qu'on perd de la température, c'est quasiment impossible de la récupérer."

"C'est donc une lutte constante pour essayer de rester devant les voitures de tête tant que possible jusqu'à se trouver à un endroit où on se sent à l'aise pour les laisser passer. Mais en même temps, on ne veut pas influencer leur course du tout. La limite est mince. C'est assez dur parfois, selon l'endroit où ils nous rattrapent, d'atteindre les deux objectifs. C'est une compétence, et il faut la faire fonctionner," conclut Rossi.

L'an prochain, avec une monoplace probablement bien plus compétitive, les drapeaux bleus présentés aux Manor devraient être moins nombreux. Mais cet aspect de la course continuera à jouer un rôle-clé à l'arrière du peloton.

Prochain article Formule 1
Plateau F1 - Qui pilote où en 2016?

Article précédent

Plateau F1 - Qui pilote où en 2016?

Article suivant

Mark Webber - La vitesse, le frisson et l’omniprésence du danger

Mark Webber - La vitesse, le frisson et l’omniprésence du danger

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Alexander Rossi
Équipes Manor Racing
Auteur Benjamin Vinel
Type d'article Actualités