Le Groupe Stratégique définit plus clairement les pénalités

partages
commentaires
Le Groupe Stratégique définit plus clairement les pénalités
Adam Cooper
Par : Adam Cooper
Traduit par: René Fagnan
17 nov. 2016 à 08:04

Lors d’une assemblée organisée mercredi à Genève, le Groupe Stratégique de Formule 1 a discuté d’une meilleure définition des limites de la piste et des pénalités.

Chase Carey, président Formula One Group avec Bernie Ecclestone
Bernie Ecclestone, avec Toto Wolff, Mercedes AMG F1 et Niki Lauda, Mercedes Mercedes AMG F1
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12
Bernie Ecclestone discute avec Christian Horner, Team Principal Red Bull Racing
Bernie Ecclestone, avec Maurizio Arrivabene, Team Principal Ferrari

Bernie Ecclestone, Jean Todt et les directeurs des six écuries majeures ont participé à cette réunion à laquelle assistait Chase Carey, de Liberty Media.

Cette réunion fut apparemment rondement menée, et a servi à mettre à jour certains sujets déjà largement discutés lors de la réunion précédente, organisée en juillet.

Bernie Ecclestone a demandé que le Règlement Sportif de la F1 soit revu, car les récentes pénalités imposées l’ont fortement déçu, surtout celles infligées au Mexique quand la troisième place a changé de mains à deux reprises après le drapeau à damier.

Les discussions ont surtout porté sur la possibilité de rendre le degré des pénalités plus constant et d'éviter ainsi des palabres une fois la course terminée. Les participants se sont accordés à dire que les pénalités devaient essentiellement sanctionner les manœuvres dangereuses qui peuvent mettre en péril la vie des autres pilotes tout en leur permettant de lutter.

Les participants ont aussi discuté de la possibilité de corriger certains virages, comme le virage 1 du circuit de Mexico City, que les pilotes peuvent court-circuiter, bénéficier d’un avantage et rejoindre ensuite la piste.

Afin de rendre les décisions plus constantes, l’idée de nommer un commissaire permanent a été discutée. Un tel commissaire a été recruté dans le passé, mais l'idée a été vite abandonné.

Une suggestion faite pour rendre les moteurs turbo hybrides plus bruyants a aussi été faite, mais rejetée, car trop onéreuse. Les discussions ont aussi porté sur le Halo, mais tous se sont entendus sur le fait qu’il fallait récolter plus de commentaires de la part des pilotes avant de l’imposer pour la saison 2018.

Pour terminer, deux propositions visant à modifier les restrictions imposées sur le développement en CFD et en soufflerie ont été rejetées. Force India avait proposé d’effectuer moins d’études en soufflerie en faveur de la CFD. Manor avait proposé que les écuries qui ne disposent que d’une soufflerie à 50% (contre 60% pour les plus grosses équipes) disposent de dix heures de recherches supplémentaires. Ces deux propositions ont été rejetées.

Article suivant
Ron Dennis, une carrière au service de McLaren F1 en images

Article précédent

Ron Dennis, une carrière au service de McLaren F1 en images

Article suivant

Décès de Paul Rosche, père des moteurs BMW

Décès de Paul Rosche, père des moteurs BMW
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Adam Cooper
Type d'article Actualités