Le jour où Häkkinen corrigea Senna...et se fit corriger!

Pour sa première course avec McLaren, sur le tracé d’Estoril (Portugal), en 1993, le jeune Mika Häkkinen créa la sensation en battant Ayrton Senna en qualifications

Pour sa première course avec McLaren, sur le tracé d’Estoril (Portugal), en 1993, le jeune Mika Häkkinen créa la sensation en battant Ayrton Senna en qualifications.

Réputé roi de l’exercice, le Brésilien s’était alors enquis de la façon dont le futur double Champion du Monde était parvenu à une telle performance. Il en fut quitte pour une boutade qui passa pour de la prétention de la part de celui qui n’était pas si froid que son ton monocorde ne pouvait le laisser penser…

Ayrton n’était pas content…du tout !”, se souvient, hilare, Häkkinen pour F1 Racing. “Le truc avec Ayrton au début de la saison 1993, était qu’il était déjà ailleurs. Il savait que la performance de la voiture n’égalait pas celle des Williams et il n’était clairement pas content car Alain Prost gagnait”.

Lorsque je suis arrivé à Estoril, Ayrton savait que les performances de la McLaren étaient OK, mais il ne s’attendait absolument pas à ce que je le batte en qualifications. OK, la différence de temps était proche du néant, mais vous savez, je crois que personne ne l’avait battu en qualifications au cours de toute sa carrière ! Je veux dire, c’était un Dieu ! Ce fut un vrai choc pour lui. Mais quand il a gentiment demandé comment j’avais fait, j’ai lâché une blague et répondu « avec de grosses cou**** »” !

Senna n’apprécia pas la blague et se sentit offusqué par l’attitude du nouveau venu.

Au début, il n’a pas compris. Il ne saisissait pas. Puis il a réalisé, et il a dit : ‘OK, je vais t’apprendre une leçon. Tu veux jouer à ça avec moi ? OK, faisons comme ça’. Et il n’a plus donné aucune information. Pas de partage, rien. Cela m’a rendu la vie difficile. Bien sûr, il y avait des choses que je pouvais voir, que je savais qu’il faisait. Mais les petits détails qui font la différence quand vous êtes à la limite de la performance, et certaines choses basiques qu’il ne partageait pas lui permirent d’obtenir de meilleures performances”.

Avec le recul, Häkkinen pense que ce n’est pas uniquement la blague qui effaroucha le fier champion brésilien, mais bien ce qu’il représentait en tant que jeune pilote capable de signer des temps similaires à matériel égal.

Je ne pense pas que c’était seulement à cause de la blague”, estime-t-il. “Je pense qu’il a réalisé que j’étais une grande menace. Il a donc mis toute son expérience et son pouvoir en œuvre pour me botter le derrière et montrer au monde que ce jeune gars n’allait pas le battre. Et c’est ce qu’il a fait. Il m’a mis une fessée à Adélaïde. Mais à Suzuka, ce ne fut pas si net. J’aurais pu être plus rapide que lui en qualifications au Japon, mais j’ai eu un problème de freins et je suis parti en tête-à-queue à la chicane. Mais bon, tout ça ne sont que des si, si, si…

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Mika Hakkinen , Alain Prost , Ayrton Senna
Équipes McLaren , Williams
Type d'article Actualités