Le passage éclair de Michael Schumacher en DTM

La première rencontre entre la Mercedes 190E et Michael Schumacher intervient en fin d'année 1989

La première rencontre entre la Mercedes 190E et Michael Schumacher intervient en fin d'année 1989. En effet, la firme à l'Étoile décide d'inviter le jeune et méconnu Schumacher à une journée de test au volant d'une voiture de DTM. Un simple essai qui ne conclut pas sur un contrat, puisque le pilote a d'ores et déjà signé pour participer à la prochaine campagne de Formule 3 germanique.

Cette Formule 3, il la remporte en 1990 alors qu'il vient d'intégrer le giron du Mercedes Junior Team. Le puissant soutien du constructeur allemand lui permet d'avoir un programme des plus chargés en 1991. D'une part, il s'engage Championnat du monde des voitures de sport (WSC), au volant d'une Sauber Mercedes C291, mais il se voit également offrir une opportunité de piloter pour Mercedes lors de la dernière manche de la saison 1990 de DTM.

L'expérience tourne rapidement au cauchemar pour l'Allemand qui, dans le premier virage, harponne Johnny Cecotto. L'incident est d'autant plus grave que le Vénézuélien est toujours en lutte contre Hans-Joachim Stuck dans la course au titre. La manche est ainsi interrompue et un second départ est donné. Si Cecotto peut y prendre part (il dispose d'une voiture de rechange), le week-end de Schumacher s'arrête là. En 1991, il renoue à nouveau avec le DTM malgré sa forte implication en WSC. Arrivé en renfort au sein du team Zakspeed Mercedes, qui exploite des Mercedes 190E 2.5 Evo2, il doit faire ses classes dans le championnat de tourisme allemand lors de l'épreuve la plus difficile du calendrier : les 200 Miles de Nüremberg (que l'on connaît aujourd'hui sous le nom de Norisring). “Schumi” achève sa première vraie course en DTM à une décevante mais logique 25ème place, à trois tours du vainqueur Kurt Thiim. La seconde manche - puisqu'un week-end de compétition en comportait deux à l'époque, contre une seule aujourd'hui - ne lui réussit guère mieux et il est contraint à l'abandon au 18ème tour. Un mois plus tard, il renoue avec le DTM et se rend sur le tracé du Flugplatzrennen Diepholz, une ancienne base aérienne transformée en circuit et utilisée entre 1984 et 1996. Mais les résultats obtenus à Diepholz sont à peine plus encourageants que ceux de Nüremberg. Michael Schumacher rend les armes dans la première manche suite à un problème moteur, mais se ressaisi lors de la seconde, qu'il achève à une honorable 14ème place, profitant de l’hécatombe et des nombreux abandons (9 en tout, sur les 30 participants). Début septembre, Michael Schumacher n'est pas présent au Nürburgring. Il vient en effet de lancer sa carrière en Formule 1 grâce à Eddie Jordan et l'équipe qui porte le même nom. Nous sommes alors toujours en 1991. Et 21 ans plus tard, le Kaiser prend définitivement sa retraite après avoir marqué à jamais l'histoire de la Formule 1. Avec pas moins de 7 titres mondiaux, 91 victoires ou encore 68 pole positions, il détient à l'heure actuelle la majorité des records dans la catégorie reine du sport automobile.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Michael Schumacher , Hans-Joachim Stuck , Eddie Jordan , Johnny Cecotto , Kurt Thiim
Équipes Mercedes , Sauber
Type d'article Actualités