Le salaire de Carlos Ghosn boosté par le succès de Renault-Nissan

Renault a de nouveau remporté cette année les deux titres mondiaux en Formule 1, grâce à Red Bull Racing et Sebastian Vettel

Renault a de nouveau remporté cette année les deux titres mondiaux en Formule 1, grâce à Red Bull Racing et Sebastian Vettel. Equipant quatre teams en 2012, le bloc français a permis à Williams de remonter sur la plus haute marche du podium depuis les années BMW, et à Lotus de signer son premier succès sous sa nouvelle identité d’Enstone.

Sur le marché automobile, la forme du Losange et de l’Alliance Renault-Nissan (comprenant également Dacia) tranche radicalement avec les déboires très médiatisés de PSA Peugeot-Citroën, qui n’a pas négocié le virage de la crise et de l’émergence des nouveaux marchés avec la même réussite que son rival. En plus d’une installation incontestable sur tous les marchés mondiaux de Nissan, la réussite de Dacia est réelle dans le secteur low-cost et Nissan a remporté des victoires symboliques en termes d‘image et de marketing grâce aux contrats de fourniture des futurs taxis de New York et de Londres.

Carlos Ghosn, PDG de l’Alliance Renault-Nissan, peut également le sourire à titre personnel : le patron de la firme peut se réjouir d’un salaire 2011 de 13,3 millions d’euro (2,8 millions de Renault et 10,5 millions de Nissan). Ghosn est ainsi une nouvelle fois le second patron des firmes du CAC40 le mieux rémunéré, après Maurice Lévy (Publicis Group), selon une récente étude du cabinet spécialisé Proxinvest.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Sebastian Vettel
Équipes Red Bull Racing , Williams
Type d'article Actualités