Le simulateur Lotus devient opérationnel

Pendant de longues saisons, Enstone n’a pas pu bénéficier comme la majorité des top-teams de l’avantage procuré par la préparation des pilotes aux circuits avec un simulateur dernier-cri

Pendant de longues saisons, Enstone n’a pas pu bénéficier comme la majorité des top-teams de l’avantage procuré par la préparation des pilotes aux circuits avec un simulateur dernier-cri. Egalement fortement utilisé pour corréler les données piste et virtuelles au moment d’entrer des paramètres concernant des évolutions ou le comportement des pneumatiques, le simulateur sera un précieux outil pur Lotus dans la poursuite de son ascension vers les sommets, en tant qu’équipe de pointe sur la durée.

Après des mois de développement, Romain Grosjean a été le premier à tester la machine avant le GP des Etats-Unis. Il reste encore du travail de calibrage à réaliser avant que celui-ci ne puisse être utilisé comme une base de travail fiable.

J’ai passé une demi-journée à l’usine avant Austin et c’était ma première fois dans le simulateur”, explique celui qui avait déjà été catapulté en F1 en 2009 sans avoir pu réaliser le moindre kilomètre virtuel sur un appareil du team. “Il reste du travail à faire, car ce n’est pas un outil simple. Mais une fois qu’il fonctionnera correctement, ce devrait être une bonne aide pour nous. J’étais très heureux de le découvrir”.

Un changement qui n’apportera pas de profonde révolution dans la vie de Kimi Räikkönen, cependant : Iceman n’a pas l’intention d’utiliser le simulateur !

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Kimi Räikkönen , Romain Grosjean
Type d'article Actualités