Le Strategy Group pointé du doigt par les petites équipes

Conséquence des nouveaux Accords Concorde, le nouveau groupe stratégique se réunit ce lundi, en lieu et place de ce qui était appelé auparavant groupe de travail technique et sportif

Conséquence des nouveaux Accords Concorde, le nouveau groupe stratégique se réunit ce lundi, en lieu et place de ce qui était appelé auparavant groupe de travail technique et sportif.

Ce dernier permettait de réunir onze représentants des équipes et les membres clés de la FIA et de la FOM. Désormais, le Strategy Group est constitué différemment : il comporte 18 membres votants, parmi lesquels 6 de la FIA, 6 de la FOM et 6 représentants des équipes.

D'office et de par leur contribution historique, Ferrari, Red Bull, McLaren, Mercedes et Williams sont des membres permanents, ce qui ne laisse plus qu'une place pour une autre équipe qui devrait changer en fonction du classement du championnat. Cette sixième place devrait donc revenir à Lotus pour le moment.

Cependant, la légalité de ce groupe stratégique est encore à prouver et les petites équipes le pointent évidemment du doigt. C'est ce que souligne Bob Fernley, team principal adjoint de l'écurie Force India.

"Toutes les équipes payent la même chose pour courir", rappelle-t-il dans les colonnes du Daily Telegraph. "Les seules différences concernent les salaires des pilotes et les hospitalités. Et pourtant, certaines équipes n'ont rien à dire sur la façon dont le sport est géré. Cela pourrait certainement être considéré comme un abus de position dominante. Il existe des inquiétudes chez certaines équipes au sujet du Strategy Group. Ce n'est pas une gouvernance éthique."

Abonnez-vous à la newsletter

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes McLaren , Mercedes , Williams , Force India , Ferrari
Type d'article Actualités