Leclerc consolide la position de Sauber au championnat

Grâce à une nouvelle belle performance au Grand Prix du Brésil, Charles Leclerc marque six points très précieux pour Sauber au championnat du monde des constructeurs.

Leclerc consolide la position de Sauber au championnat
Charles Leclerc, Alfa Romeo Sauber C37 sur la grille
Charles Leclerc, Sauber C37 et Fernando Alonso, McLaren MCL33 en lutte
Charles Leclerc, Sauber C37
Contact entre Marcus Ericsson, Sauber C37 et Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18 au départ
Marcus Ericsson, Alfa Romeo Sauber F1 Team sur la grille
Marcus Ericsson, Alfa Romeo Sauber C37 sur la grille
Charger le lecteur audio

Septième sur la grille de départ derrière son coéquipier Marcus Ericsson, Charles Leclerc s'est emparé de la sixième place au départ. S'il n'a logiquement pas pu résister à la remontée de Daniel Ricciardo, le Monégasque a dominé ses rivaux en milieu de tableau, y compris les Haas, qui l'ont le plus menacé : au 31e des 71 tours, avant qu'ils ne fassent leur premier arrêt, Leclerc avait déjà huit secondes d'avance sur Romain Grosjean et neuf sur Kevin Magnussen.

Qualifications :

Après leurs changements de pneus respectifs, le pilote Sauber comptait sept secondes de marge sur Grosjean et 15 sur un Magnussen qui avait prolongé son premier relais, parti en pneus tendres au lieu des supertendres de ses deux adversaires. Leclerc a maintenu son avantage et a finalement franchi la ligne d'arrivée toujours sept secondes devant Grosjean et neuf devant Magnussen ; le dixième, Sergio Pérez, était relégué à 38 secondes.

"Je suis très content de cette course", déclare Leclerc. "Finir septième est un résultat positif dont nous pouvons être satisfaits. C'était fun de piloter sur ce circuit, et ajouter des points à notre compteur pour solidifier notre huitième place au championnat est un sentiment positif pour toute l'équipe. J'ai hâte de voir ce dont nous serons capables à Abu Dhabi."

Ericsson abandonne

Marcus Ericsson, en revanche, n'a pas connu la course qu'il espérait, d'autant qu'il avait réalisé les meilleures qualifications de sa carrière et s'élançait de la sixième place. Dès son tour de mise en grille, le Suédois a perdu une dérive de son fond plat, avant de subir de nouveaux dégâts légers dans une touchette avec Romain Grosjean au premier virage. Il a progressivement rétrogradé au 15e rang lors des 16 premiers tours avant de finalement jeter l'éponge.

Lire aussi :

"Une fin décevante à un si bon week-end. J'ai eu un contact avec une autre voiture juste après le départ, et après ça, la voiture était difficile à piloter. L'équilibre était différent du reste du week-end et les dégâts n'ont fait qu'empirer. Nous avons dû abandonner ; c'est dommage, surtout après des qualifications tellement fantastiques, mais nous reviendrons plus forts pour la dernière course de la saison à Abu Dhabi", conclut Ericsson.

Les six points marqués par Leclerc permettent à Sauber de creuser un écart de neuf points sur Toro Rosso à la huitième place du classement général, si bien que l'écurie suisse pourrait réaliser l'exploit de chiper la septième place à Force India. Seules six unités séparent actuellement les deux équipes. Toro Rosso ne semble en tout cas plus être une menace, n'ayant marqué que trois points lors des sept dernières courses.

partages
commentaires
Le moteur de Hamilton aurait dû lâcher à mi-course
Article précédent

Le moteur de Hamilton aurait dû lâcher à mi-course

Article suivant

Vidéo - Les 10 faits marquants du GP du Brésil

Vidéo - Les 10 faits marquants du GP du Brésil
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Formule 1
26 janv. 2022
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021