Leclerc : Ce sera "compliqué" de doubler les Toro Rosso

La séance de qualifications ne s'est pas vraiment passée comme prévu pour Sauber à Suzuka, même si l'écurie suisse reste finalement en position d'inscrire des points dimanche.

Leclerc : Ce sera "compliqué" de doubler les Toro Rosso
Marcus Ericsson, Sauber C37
Marcus Ericsson, Sauber
Charles Leclerc, Sauber, monte dans sa voiture
Marcus Ericsson, Sauber C37
Charles Leclerc, Sauber
Charles Leclerc, Sauber C37
Charles Leclerc, Sauber C37, s'arrête au stand
Charles Leclerc, Sauber C37
Charles Leclerc, Sauber C37

Dès la Q1, Sauber a perdu Marcus Ericsson suite au crash de celui-ci alors qu'il était dans son deuxième tour rapide. Le Suédois a détruit sa monoplace dans l'aventure, provoquant même une interruption de la séance par drapeau rouge. Un scénario qui le condamne à la dernière place sur la grille de départ.

Seul fautif dans cette sortie de piste, Ericsson assume son erreur, mais accuse le coup alors que la C37 avait clairement le potentiel pour viser une bien meilleure position.

"C'est difficile aujourd'hui avec le vent, mais ce n'est pas une excuse, c'est pareil pour tout le monde", assume-t-il. "J'ai fait un mauvais calcul, ça allait au tour d'avant et là, l'air était un peu perturbé par une voiture au ralenti. En fin de compte, j'allais juste trop vite. Ce sera difficile [en course], c'est très dur de dépasser. Je ferai de mon mieux et on verra ce qui se passera."

Lire aussi :

Leclerc partagé

Les chances de briller ont donc rapidement reposé sur Charles Leclerc, très à l'aise sur une piste de Suzuka qu'il découvre, et auteur d'un prometteur sixième chrono en fin de Q1. La deuxième partie des qualifications n'a toutefois pas tourné à son avantage : un petit impair dans le premier run qui coûte cher à la fin, puisqu'une deuxième tentative a été rendue caduque par l'arrivée de la pluie.

"C’est frustrant car je pense qu’il y avait le potentiel de faire un petit peu mieux", regrette le Monégasque, qui n'a pas non plus masqué sa déception à la radio. "Dans le premier tour j’ai fait une erreur dans le [virage] 14-15. Quand on voit l’écart pour la Q3, c’est dommage." L'écart entre sa onzième place et la dixième en Q2 est en effet de 16 millièmes de seconde !

Le futur pilote Ferrari n'a cependant pas tout perdu puisque, paradoxalement, la onzième place sur la grille lui permet d'avoir le choix pneumatique pour dimanche. De quoi envisager de s'élancer en pneus tendres derrière certains concurrents qui auront les gommes supertendres à gérer, à l'exception de Grosjean. Et surtout une possibilité d'essayer de menacer les Toro Rosso, brillamment qualifiées en sixième et septième position. Leclerc bénéficie également de la pénalité infligée à Ocon, le faisant remonter au dixième rang. 

"On aura le choix de pneus pour le départ demain, donc ça peut être intéressant", confirme Leclerc. "Ce n’est pas un désastre mais il y avait quelque chose à faire avec ces conditions difficiles. Il faudrait que l’on passe les deux Toro Rosso pour le championnat, mais ce sera compliqué. On va partir avec une stratégie décalée je pense, donc ce sera intéressant."

partages
commentaires
Désabusé, Alonso ne pense qu'au WEC
Article précédent

Désabusé, Alonso ne pense qu'au WEC

Article suivant

Gasly déçu : "La 5e place était possible"

Gasly déçu : "La 5e place était possible"
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021