Leclerc : "Je ne vais pas chez Ferrari pour apprendre"

Alors qu'une fin de saison prometteuse l'attend chez Sauber, Charles Leclerc sait déjà qu'il pilotera une Ferrari en 2019. Deux jours après l'annonce de son recrutement, il partage son sentiment sur la question.

Leclerc : "Je ne vais pas chez Ferrari pour apprendre"
Charles Leclerc, Alfa Romeo Sauber F1 Team, Sebastian Vettel, Ferrari et Beat Zehnder, Alfa Romeo Sauber F1 Team Manager
Charles Leclerc, Alfa Romeo Sauber C37
Charles Leclerc, Ferrari
Charles Leclerc, pilote d'essais et de développement, Ferrari SF16-H
Charles Leclerc, Sauber C37, Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR13, Sebastian Vettel, Ferrari SF71H et Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14 en lutte
Charles Leclerc, Sauber, parle avec Frederic Vasseur, directeur d'Alfa Romeo Sauber F1 Team
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR13 et Charles Leclerc, Alfa Romeo Sauber C37 en bataille
Pierre Gasly, Toro Rosso STR13, Charles Leclerc, Alfa Romeo Sauber C37
Charles Leclerc, Alfa Romeo Sauber F1 Team sur la grille avec Jean Todt, président de la FIA
Charles Leclerc, Alfa Romeo Sauber C37
Charles Leclerc, Sauber lors de la parade des pilotes
Charles Leclerc, Sauber C37

Après des semaines durant lesquelles la rumeur a enflé, c'est désormais une certitude. Depuis le milieu de semaine, Charles Leclerc sait qu'il sera l'an prochain un pilote Ferrari. En 2019, le Monégasque remplacera ainsi Kimi Räikkönen et occupera l'un des baquets les plus enviés de la grille, aux côtés de Sebastian Vettel.

À bientôt 21 ans, la situation a de quoi générer une pression importante, mais celui qui doit avant tout conclure sérieusement sa première saison en F1 chez Sauber ne voit pas vraiment les choses de cette manière. La tête sur les épaules, c'est un Charles Leclerc conscient des enjeux qui l'attendent qui est arrivé à Singapour, où les regards qui se portent sur lui sont inévitablement différents.

Lire aussi :

"C'est très étrange, car je vois beaucoup de gens qui pensent que j'aurai beaucoup de pression sur mes épaules, mais ce n'est pas le cas", assure-t-il ce jeudi dans les allées du paddock. "Je pense avoir une mentalité qui me permet vraiment d'éliminer la pression. Je me concentre vraiment sur moi-même et je ne pense pas à ce que les gens attendent de moi dans la voiture. Je crois que, si je fais du bon travail dans la voiture et que je travaille comme il faut, les performances seront au rendez-vous, et c'est comme ça que je vois la chose. Je vais seulement me concentrer pleinement sur le bon travail à faire dans la voiture, puis je pense que les résultats viendront. Alors sincèrement, je ne ressens pas vraiment la pression."

Le titre, forcément...

En rejoignant l'un des trois top teams du moment, Charles Leclerc changera de dimension. Car qui dit Ferrari dit rêves de pole positions, de victoires et de titres mondiaux. Un objectif incontournable ?

"C'est difficile d'en parler maintenant, mais mon objectif est de faire le meilleur travail possible avec la voiture que nous aurons", admet l'intéressé. "Cette année, ils ont vraiment une voiture qui peut gagner, qui peut jouer le titre, et si c'est pareil l'année prochaine, alors il s'agira de gagner le titre, ce qui est important. Mais je devrai progresser énormément, et signer les meilleurs résultats possibles."

Ce que sait Leclerc, c'est qu'une fois plongé dans le grand bain de la Scuderia, son statut aura changé, mais les attentes également. Parfaitement conscient qu'il n'aura plus l'étiquette du débutant pour expliquer une éventuelle erreur, il lui faudra répondre présent d'entrée pour ne laisser aucune place au doute.  

"Je dois vraiment faire ce que l'on attend de moi", insiste-t-il. "Je ne vais pas chez Ferrari pour apprendre. Je pense avoir fait une très bonne saison cette année, où j'ai pu apprendre, et l'année prochaine il s'agit d'être performant. C'est comme ça que ça doit être lorsque l'on va dans une grande équipe. Je ne dis pas que je ne vais pas apprendre davantage, car j'ai encore beaucoup à apprendre, et je peux encore énormément progresser sur de nombreuses choses, mais je serai bien plus préparé que je ne l'étais au début de l'année."

Pas le statut d'un numéro 2

L'une des questions qui animeront également les prochains mois concernera la cohabitation avec Sebastian Vettel. Le quadruple Champion du monde s'est entendu avec Kimi Räikkönen de manière idéale tout au long des quatre dernières saisons, tandis que le Finlandais a toujours semblé être affublé d'un rôle de numéro 2 plus ou moins assumé. Qu'en sera-t-il pour Leclerc ? Interrogé sur la donne contractuelle et sur la présence de clauses qui le mettraient au service de Vettel, le jeune homme est catégorique : "Oh, non, non, pas du tout".

"Je pense que c'est plus ou moins la même chose dans chaque équipe, où il y a deux pilotes qui débutent la saison à égalité, puis à un moment donné, on voit des consignes d'équipe car il y a évidemment un pilote qui joue le championnat et pas l'autre. Je pense que c'est normal, ça arrive dans chaque équipe. Mais je crois qu'ils nous laisseront courir au début de la saison, c'est certain."

partages
commentaires
Räikkönen chez Sauber : "Parce que j’en ai envie !"
Article précédent

Räikkönen chez Sauber : "Parce que j’en ai envie !"

Article suivant

Vettel : "Triste de savoir que Räikkönen ne sera plus là"

Vettel : "Triste de savoir que Räikkönen ne sera plus là"
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Formule 1
27 oct. 2021
Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021