Leclerc et Ferrari "plus confiants" pour le rythme de course

Quatrième des qualifications du Grand Prix d'Émilie-Romagne, Charles Leclerc a confirmé le redressement et les bonnes dispositions de la Scuderia Ferrari à Imola. Réaction.

Leclerc et Ferrari "plus confiants" pour le rythme de course

Lire aussi :

Charles, l'objectif semble atteint…

Oui. Hier je croyais que nous aurions pu très bien figurer. Aujourd'hui, après la matinée, j'avais un peu plus de doutes car McLaren semblait être très compétitif, et en qualifications Lando [Norris] l'était encore plus. Mais dans l'ensemble, nous étions plutôt bons, donc la quatrième position est une bonne chose pour la course de demain.

Le rythme de course sera-t-il moins bon qu'en qualifications, comme c'était le cas à Bahreïn ?

Je pense que ce sera mieux ici en course par rapport à Bahreïn, notamment en raison des conditions, qui étaient particulièrement chaudes à Bahreïn pour les pneus. Nous sommes plus confiants avant d'aborder cette course.

Comment se comporte une voiture aussi imposante sur un circuit comme celui-ci ?

Honnêtement c'est exceptionnel. C'est peut-être une voiture lourde et j'adorerais avoir des kilos en moins dessus, mais d'un autre côté, cette voiture se comporte de manière incroyable. Il y a tellement d'appui sur ces voitures, et ces circuits sont mes préférés car il n'y a pas de marge d'erreur, sinon c'est tout de suite dans l'herbe. On peut attaquer à la limite sans aller au-delà.

Certains chronos ont été annulés aujourd'hui, comment faire pour que ça se passe bien ?

C'est difficile. De manière générale, c'est bien mieux pour nous d'avoir le vibreur comme limite, car on peut le ressentir dans le volant quand on passe dessus. On est assis très bas dans ces voitures, on ne peut pas voir la ligne blanche, et Lando n'a rien gagné ; peut-être deux millièmes de seconde en passant deux centimètres trop large. Mais c'est la règle. Je crois que ce serait peut-être mieux et plus facile à juger pour nous si le vibreur constituait la limite de piste.

Votre monoplace est-elle plus prévisible que l'année dernière ?

Elle l'est, particulièrement en entrée de virage, où j'ai un train arrière plus stable. Je n'avais pas trop de mal l'an dernier, mais pour être franc, quand on repousse vraiment les limites, on commence à y penser et à se dire que ça coûte un peu de temps. Cette année je n'y pense plus.

Quelle comparaison directe parvenez-vous à faire avec l'an dernier ?

En fait, c'est étrange car c'est différent, surtout en entrée de virage, où la voiture est plus stable. Je peux attaquer un peu plus en entrée de virage, mais en dehors de ça, c'est juste la performance globale qui est meilleure. La voiture n'est pas complètement différente, c'est juste que nous avons un meilleur package, plus d'adhérence, un peu plus de puissance aussi, et ça nous aide à être meilleurs.

Demain, Sergio Pérez sera en pneus tendres, est-ce votre adversaire pour la course ?

Je suis plutôt heureux de partir en pneus tendres. Je pense que le medium pourrait avoir un peu de mal à monter en température au début de la course. Nous verrons bien. Mais Red Bull semble en avoir plus sous le coude, surtout en course. Et puis il y a McLaren qui est très compétitif. Ils sont particulièrement rapides dans les lignes droites donc ils n'auront pas de difficultés à dépasser.

partages
commentaires
Norris a laissé filer le top 5 : "J'ai tout foiré"
Article précédent

Norris a laissé filer le top 5 : "J'ai tout foiré"

Article suivant

Gasly : "C'était vraiment à la limite partout"

Gasly : "C'était vraiment à la limite partout"
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021