Formule 1
12 mars
-
15 mars
EL1 dans
15 jours
C
GP de Bahreïn
19 mars
-
22 mars
EL1 dans
23 jours
02 avr.
-
05 avr.
EL1 dans
36 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
EL1 dans
72 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
EL1 dans
85 jours
04 juin
-
07 juin
EL1 dans
100 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
EL1 dans
107 jours
25 juin
-
28 juin
EL1 dans
121 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
128 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
142 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
EL1 dans
156 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
EL1 dans
184 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
191 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
205 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
212 jours
08 oct.
-
11 oct.
EL1 dans
225 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
EL1 dans
240 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
EL1 dans
247 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
261 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
275 jours

Leclerc : Progresser pour "aider Ferrari" à bien décider

partages
commentaires
Leclerc : Progresser pour "aider Ferrari" à bien décider
Par :
Co-auteur: Adam Cooper
10 nov. 2019 à 09:57

Charles Leclerc a beau avoir connu une merveilleuse première saison avec Ferrari pour sa seconde année en Formule 1, le Monégasque reconnait avoir manqué quelques opportunités, mais tire d'importantes leçons de ces situations.

S'imposant un niveau d'autocritique important, Charles Leclerc est comme nombre de ses pairs en recherche permanente d'optimisation de ses performances et de manières de mieux obtenir ce dont il a besoin de son équipe. "Je crois que je n'ai pas été parfait de mon côté, c'est certain. Particulièrement en course, où j'ai encore beaucoup de progrès personnels à accomplir", analyse-t-il.

"Je crois que j'ai appris pas mal de choses au Mexique. De l'extérieur, c'est évidemment toujours difficile à voir. Mais en termes de style de pilotage, j'ai essayé de nombreuses choses en course et j'ai une idée claire de ce que je devais essayer ici", déclarait-il par exemple aux États-Unis, avant la course.

Lire aussi :

De nombreuses occasions manquées

Le tableau de victoires de Leclerc pourrait afficher actuellement un nombre supérieur à deux (Spa et Monza) selon le principal intéressé, qui sait par exemple être passé près du succès à Bahreïn, où il a subi un problème mécanique alors qu'il occupait la tête, et à Spielberg, où Max Verstappen a contribué à l'endurcir. Mais c'est en Russie que Leclerc pense aussi avoir laissé filer un succès bêtement.

"Je pense que j'ai été malchanceux sur certaines courses. Il est clair qu'à Sotchi, j'aurais pu avoir une autre victoire mais nous n'avons pas pu contrôler la défaillance de Seb [Vettel] qui a généré l'intervention de la voiture de sécurité, après laquelle j'ai rétrogradé. Il y a donc eu quelques opportunités manquées, mais je pense que ce n'est pas si mauvais que ça en a l'air."

"Je crois que je peux avoir une meilleure influence sur ma stratégie, en particulier", ajoute-t-il, non sans laisser penser que la manière dont la gestion politique des situations avec le muret des stands et son équipier Vettel a influencé sa saison.

Il y avait clairement plus de choses que j'aurais pu faire en tant que pilote pour essayer d'aider l'équipe à prendre la meilleure décision.

Charles Leclerc

Mais c'est une nouvelle fois avec tact que le Monégasque amène la question, suggérant que les approximations décisionnaires de Ferrari ont entre autres été provoquées par le fait qu'il ne s'est lui-même pas rendu suffisamment incisif. "[Au Mexique] il y avait clairement plus de choses que j'aurais pu faire en tant que pilote pour essayer d'aider l'équipe à prendre la meilleure décision. Il s'agit juste du processus d'apprentissage et il me faut en prendre la mesure aussi vite que possible ou aussi souvent et rapidement que possible pour essayer de ne pas répéter ces erreurs."

Lire aussi :

Nombreux sont en tous les cas les observateurs dans le paddock à se livrer à un jeu de calculs révisionnistes sur l'allure de la saison de Leclerc sans un certain nombre de couacs avec le management des stratégies par Ferrari, les défaillances mécaniques ou autres erreurs et aléas. Parti plus souvent de la pole position que quiconque cette année, Leclerc a donné à certains le sentiment d'avoir justement été celui qui a perdu le plus d'opportunités de victoires face à Mercedes, qui n'était pas toujours en position de force face à la Scuderia.

"Il est très difficile de répondre à cette question, mais nous essayons de travailler à tous les niveaux", tempère-t-il. "Il est certain qu'il y a certaines pistes où la dégradation était très importante et qu'ils ont semblé économiser les pneus plus longtemps. Nous travaillons beaucoup sur cela. Et comme je l'ai dit précédemment, je pense qu'il y a de nombreux progrès que je peux faire de mon propre côté, de sorte à atteindre les mêmes temps au tour en course sans utiliser autant les pneus. Le pilotage est assez important, je travaille là-dessus et je suis assez convaincu que si nous continuons à travailler ensemble, les résultats viendront."

Article suivant
Mercedes veut gérer autrement l'attente "emmerdante" de Bottas

Article précédent

Mercedes veut gérer autrement l'attente "emmerdante" de Bottas

Article suivant

Le développement de Ferrari en 2019 a "dépassé les attentes"

Le développement de Ferrari en 2019 a "dépassé les attentes"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Sebastian Vettel Boutique , Charles Leclerc
Équipes Ferrari Boutique
Auteur Guillaume Navarro