Leclerc, un mélange de Schumacher et Räikkönen ?

Dirigeant historique au sein de l'équipe Sauber, Beat Zehnder a reconnu chez Charles Leclerc des qualités vues auparavant chez deux autres pilotes qu'il a côtoyés.

Leclerc, un mélange de Schumacher et Räikkönen ?

Beaucoup de choses ont déjà été dites sur Charles Leclerc, star montante de la F1 et désormais considéré par Ferrari comme sa plus belle carte à jouer pour l'avenir. Pour sa première saison en rouge l'an passé, le Monégasque a impressionné, décroché ses deux premières victoires en Grand Prix et mis son illustre coéquipier Sebastian Vettel en grande difficulté. Le tout après une seule saison d'expérience dans la discipline, passée chez Sauber. Une écurie où il a marqué les esprits, comme en témoigne Beat Zehnder. Aujourd'hui team manager de la structure qui opère sous le nom Alfa Romeo, il est un fidèle du navire basé à Hinwil et a vu passer les meilleurs…

"C'était une très bonne saison, c'était très intéressant de travailler à nouveau avec un jeune pilote", confie-t-il à Motorsport.com en revenant sur le cru 2018. "Nous l'avions fait par le passé, mais c'était la première fois depuis longtemps que nous avions un nouveau venu, un pilote très particulier avec une attitude très particulière. Je n'avais jamais vu un pilote comme Charles auparavant, et c'était gratifiant pour tout le travail que nous avions fourni, toutes les périodes difficiles, que de travailler à nouveau avec un jeune. J'ai toujours dit qu'à mes yeux, pour la vitesse il est comme Kimi Räikkönen, et pour son attitude de travail il est probablement comme Michael [Schumacher]. Donnez-lui une bonne voiture et il sera Champion du monde, sans aucun doute."

Lire aussi :

Beat Zehnder a connu l'ascension de Kimi Räikkönen puisque le Finlandais s'est révélé dès sa première saison chez Sauber en 2001. Quant à Michael Schumacher, il l'a côtoyé lorsque Sauber roulait en Endurance à la fin des années 80. Il n'est toutefois pas le seul à avoir rapidement pris la mesure du talent à part de Charles Leclerc. Coéquipier du futur pilote Ferrari en 2018, Marcus Ericsson a également dressé ce constat.

"Je peux dire tout de suite que ce type est spécial, c'est un talent particulier", assure le pilote suédois, lui aussi interrogé par Motorsport.com. "Lorsque je l'ai vu rejoindre Ferrari et se mesurer à Vettel, je savais qu'il serait super compétitif, mais peut-être pas qu'il serait aussi bon qu'il l'a été dès sa première année. Je peux dire que c'est un pilote et un talent très, très spécial. Il m'a vraiment aidé à montrer quel type de pilote je suis. Je pense particulièrement à la manière dont il a piloté l'année dernière Ferrari, dans un sens ça m'a aussi aidé."

Propos recueillis par Luke Smith  

partages
commentaires
Ferrari prépare des essais de reprise à Fiorano
Article précédent

Ferrari prépare des essais de reprise à Fiorano

Article suivant

Racing Point : "Ce n'est pas un retour à la normale"

Racing Point : "Ce n'est pas un retour à la normale"
Charger les commentaires
Ces facteurs "FE" qui peuvent influencer la lutte Hamilton-Verstappen Prime

Ces facteurs "FE" qui peuvent influencer la lutte Hamilton-Verstappen

Mercedes a mené la danse lors des essais de la première course de Formule 1 à Djeddah, où Red Bull n'était pas dans le rythme, tant sur les tours lancés que sur les longs relais. Mais, si Max Verstappen peut inverser la tendance samedi, des facteurs familiers à la Formule E pourraient être décisifs dans un nouveau duel serré avec Lewis Hamilton.

Pourquoi Djeddah est le plus grand saut dans l'inconnu depuis longtemps Prime

Pourquoi Djeddah est le plus grand saut dans l'inconnu depuis longtemps

Les dirigeants de la Formule 1 ont toujours été très sélectifs dans les mots qu'ils ont utilisés pour décrire l'état de préparation du nouveau circuit qui accueille le Grand Prix d'Arabie saoudite.

Formule 1
3 déc. 2021
Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression Prime

Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression

La pression est forte sur Red Bull et Mercedes, alors que débute le sprint final de la saison. La manière dont les deux équipes gèrent cette pression sera un facteur déterminant pour l'attribution des titres pilotes et constructeurs.

Formule 1
2 déc. 2021
L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica Prime

L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica

Quand on regarde la deuxième carrière de Robert Kubica en Formule 1, la tristesse peut vite prendre le dessus. Mais dans un tel contexte, les performances et les résultats ne sont pas ce qu'il y a de plus important…

Formule 1
1 déc. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
28 nov. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
27 nov. 2021
Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes Prime

Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes

OPINION : L'écurie Red Bull a disposé du package le plus rapide pendant la majeure partie de l'année 2021, mais lors de plusieurs épreuves de la dernière ligne droite, elle a gaspillé le potentiel de la RB16B. Deux Grands Prix avant la fin de saison, elle ne peut pas se permettre de le faire à nouveau avec Lewis Hamilton qui réduit l'écart sur Max Verstappen au classement des pilotes.

Formule 1
26 nov. 2021
Pourquoi l'aileron Red Bull fait des vagues Prime

Pourquoi l'aileron Red Bull fait des vagues

Le DRS oscillant de Red Bull a fait parler de lui lors du Grand Prix du Qatar. Plus précisément, c'est une des configurations de l'aileron arrière de l'équipe qui pose problème.

Formule 1
25 nov. 2021