Les anciens débutants parlent du choc du passage en F1

Valtteri Bottas et Esteban Gutierrez étaient des rookies en F1 la saison dernière, et Bottas monte régulièrement sur le podium cette année, après une première saison des plus difficiles avec Williams

Valtteri Bottas et Esteban Gutierrez étaient des rookies en F1 la saison dernière, et Bottas monte régulièrement sur le podium cette année, après une première saison des plus difficiles avec Williams. Tous deux avaint sans doute rêvé l'an dernier de meilleurs débuts en Formule 1, plutôt qu'une saison de survie, lors de laquelle ils eurent du mal à se montrer à leur avantage pour survivre en vue d'une seconde saison.

Si Gutierrez doit encore convaincre chez Sauber pour autre chose que ses apports financier personnels, les débuts, qu'ils se fassent sous "l'ancienne" génération de monoplaces, ou l'ère turbo, restent un grand challenge pour un jeune pilote.

Basiquement, l’une des plus grandes différences avec le GP2 est la complexité de votre travail dans le team”, estime de son côté Esteban Gutierrez, encore vert de son propre aveu. “Il y a beaucoup plus de développement, beaucoup plus de communication et il faut être plus précis en tant que pilote de ce point de vue. Côté atmosphère, il y a l’attention des médias ; plus de personnes qui suivent et tout le monde regarde tout dans le détail. C’est une expérience assez intéressante et qui fait partie du fait d’être pilote de Formule 1”.

Pour le finlandais de l’équipe Williams, promu après avoir passé beaucoup de séances d’EL1 dans le baquet de Bruno Senna en 2012, les difficultés furent bien entendu liées au fait que l’équipe de Grove n’évoluait pas au même niveau que l’année précédente [Williams avait remporté le GP d’Espagne avec Pastor Maldonado, ndlr]. Pour autant, Bottas a beaucoup appris également et a structuré ses weekends de course de façon très différente.

Je pense que la F1 est quelque chose de différent de tout ce que j’ai connu auparavant”, n’hésite-t-il pas à dire, mettant notamment l'accent sur le défi physique représenté par la F1. “Les plus longues courses que j’ai faites avant furent en F3 : 30 minutes ou quelque chose comme ça ! Maintenant, c’est 1h30 minimum et c’est un style de pilotage différent pour ajuster les réglages. Il faut vraiment se concentrer sur le weekend pour maximiser la voiture tant pour les qualifications que la course et trouver un compromis”.

Trouver les bons réglages et orienter les ingénieurs pour leur permettre d'offrir les meilleures améliorations possibles font partie des tâches les plus difficiles à maîtriser pour un nouveau pilote.

“Il y a tellement de technique ! Vous pouvez ajuster la voiture et être très concentré sur chaque petit détail si vous voulez améliorer votre pilotage et rendre la voiture meilleure. J’ai vraiment beaucoup appris. Je ne peux pas désigner une chose en particulier, mais je suis sûr que j’apprendrai de plus en plus tout le temps et que je serai meilleur à chaque course”.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Pastor Maldonado , Bruno Senna , Esteban Gutiérrez , Valtteri Bottas
Équipes Sauber , Williams
Type d'article Actualités