Les Brésiliens vainqueurs au Brésil (1/5)

A l’occasion de la quarantième édition du Grand Prix du Brésil, ToileF1 vous propose de revisiter ce grand classique à travers les victoires à domicile des pilotes Brésiliens

A l’occasion de la quarantième édition du Grand Prix du Brésil, ToileF1 vous propose de revisiter ce grand classique à travers les victoires à domicile des pilotes Brésiliens. Aujourd’hui, retour sur les deux succès d’Emerson Fittipaldi.

Après une première édition hors championnat en 1972 remportée par Carlos Reutemann, le Grand Prix du Brésil fait son apparition définitive au calendrier en 1973, sur la version longue du circuit d’Interlagos. Cette année-là, il fait suite au Grand Prix d’Argentine, remporté deux semaines plus tôt par le Champion du Monde en titre, Emerson Fittipaldi. C’est donc avec confiance et ambition que le Brésilien aborde son Grand Prix national, qu’il aura évidemment à cœur de remporter.

Lors des qualifications, le pilote Lotus-Ford rate la pole de peu, au profit de son coéquipier et futur rival Ronnie Peterson. Parmi les autres Brésiliens, José Carlos Pace est sixième en embuscade, alors que Wilson Fittipaldi, le frère aîné d’Emerson, partira onzième.

Dès le départ, Fittipaldi prend la tête, profitant de l’envol raté de Peterson, lequel jettera l’éponge cinq tours plus tard à cause d’une roue cassée. La foule auriverde est alors en liesse, puisque c’est Pace et sa Surtees-Ford qui est second. Mais ce dernier est lui aussi contraint à l’abandon, la faute à un bris de suspension. Jackie Stewart, déjà remonté de la huitième place, mène alors la chasse derrière Fittipaldi, en vain. Le Brésilien remporte le Grand Prix sous les yeux d’un public totalement acquis à sa cause.

L’année suivante, Fittipaldi veut se rappeler aux bons souvenirs à Interlagos, et ainsi lancer sa reconquête du titre qu’il avait laissé échapper à Stewart en 1973. Au volant de sa McLaren-Ford M23, il s’y emploie dès les qualifications en raflant la pole à Reutemann.

Le départ est d’abord reporté en raison du verre lancé sur le circuit par des supporters sans doute plus attirés dans les gradins par le tintement des canettes que par le hurlement des V8 Ford-Cosworth DFV. Une fois la piste balayée, la mise en route est délicate pour Fittipaldi, puisqu’il est débordé par Reutemann et Peterson. En difficulté avec ses gommes, l’Argentin cède rapidement le commandement au Suédois, avant que ce dernier ne crève au seizième tour, sans doute sur des débris de verre restés sur la trajectoire. De nouveau premier, Fittipaldi suit son chemin sur une piste de plus en plus détrempée, jusqu’à la trente-et-unième boucle où la direction de course sort le drapeau rouge, les conditions étant trop dangereuses. Le Grand Prix ne reprendra jamais, et le Champion du Monde 1972 et 1974 décroche ainsi son second succès consécutif à domicile.

Entre 1970 et 1980, Emerson Fittipladi a signé 14 victoires et 35 podiums en 144 Grands Prix. Il a aussi piloté pour l’écurie dont il était propriétaire de 1976 à 1980, sans réel succès.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jackie Stewart , Carlos Reutemann , Emerson Fittipaldi , Ronnie Peterson
Équipes McLaren
Type d'article Actualités