Les circuits maudits : Raikkonen et l'Allemagne (2/2)

On l'a vu, Kimi Raikkonen n'a pas souvent eu la chance de son côté en Allemagne

On l'a vu, Kimi Raikkonen n'a pas souvent eu la chance de son côté en Allemagne. Mais cela ne s'est pas limité à un seul circuit. Car si le Nurburgring semble, comme Hockenheim aujourd'hui, avoir une moindre emprise sur le Finlandais, pendant plusieurs années, les fans d'Iceman furent tentés de parler d'une malédiction en ces lieux...

Les débuts furent pourtant calmes. En 2001, Raikkonen apprenait le métier, consciencieusement. Hélas sa Sauber qui prétendait régulièrement au top 6 cette saison n'était pas en mesure de rééditer cela au Nurburgring. Rongeant son frein, Raikkonen partit de la neuvième place pour échouer à la dixième, non sans avoir évité le tête à queue de Jean Alesi en fin de course. Il sera plus gâté en 2002 où malgré un tout droit à la première épingle (remplaçant la fameuse chicane), il monta sur le podium derrière les intouchables Ferrari.

Puis commença le calvaire. L'édition 2003 fut une bonne illustration de ce qui allait attendre Raikkonen en 2005 à Hockenheim : pole position (sa première, au même endroit que Mika Hakkinen en 1997), meilleur tour en course, et domination sans partage jusqu'à une casse moteur. Un abandon qui lui coûtera cher au championnat vu qu'il n'échoua que de deux points. Un regret qu'il ne connaîtra pas en 2004 : sa Mclaren étant hors du coup en première moitié de saison, il était déjà encourageant de le voir qualifié quatrième et de lutter pour le podium en début de course. Cela avant une nouvelle casse du V10 Mercedes...

2005 fut plus cruel encore : en première ligne derrière Nick Heidfeld, Raikkonen était parti pour un nouveau cavalier seul. Or lorsque Jacques Villeneuve dut lui concéder un tour, il ne le fit pas avec la meilleure volonté du Monde, et le Finlandais en fut quitte pour un gros plat sur son pneu avant droit. Cela n'aurait pas eu une aussi grosse incidence les autres années, mais en 2005, le changement de pneus n'était pas autorisé sauf en cas de force majeure. Ne voulant pas céder la victoire à Fernando Alonso, Raikkonen ne s'arrêta pas, continua sa course sur un rythme soutenu, jusqu'à ce que la suspension lâche... dans le dernier tour. Si le Finlandais eut le bonheur d'éviter de quelques centimètres la BAR de Jenson Button, ses supporters n'avaient que leurs yeux pour pleurer...

Il eut plus de chance en 2006 puisqu'il franchit la ligne d'arrivée cette fois, en quatrième place. Mais sa Mclaren n'était plus l'arme absolue, et Raikkonen resta en retrait des Renault et Ferrari. Elle le redevint l'année suivante mais le Finlandais était passé chez les Rouges. En pole position, il fut le premier surpris par l'averse à la fin du premier tour et loupa l'entrée des stands, le faisant chuter au classement. Remonté troisième après l'assèchement de la piste, un souci hydraulique l'empêchera de se mêler à la lutte Massa-Alonso.

L'édition 2009 ne fut pas plus brillante : coincé durant la première moitié de course derrière la modeste Force India d'Adrian Sutil, Raikkonen finit par arracher malencontreusement un morceau d'aileron avant de l'Allemand lors de sa sortie des stands, lui gâchant sa prestation. Ce dernier aura une maigre consolation en voyant la Ferrari rentrer aux stands, radiateur cassé...

Quatre ans après, Iceman était de retour pour sa meilleure prestation en terme de résultats puisqu'il finit dans les roues du vainqueur, Sebastian Vettel. Devancé durant la majeure partie de la course par son coéquipier Romain Grosjean, Raikkonen profita d'une stratégie décalée en pneumatiques et de la consigne de Lotus pour essayer de déstabiliser son ami allemand, en vain.

Au moins la malédiction semble enfin rompue. A confirmer lors des éditions suivantes, si le Nurburgring garde sa place au calendrier...

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jenson Button , Jean Alesi , Mika Hakkinen , Jacques Villeneuve , Nick Heidfeld , Kimi Räikkönen , Fernando Alonso , Sebastian Vettel , Adrian Sutil , Romain Grosjean
Équipes Mercedes , Sauber , Force India , Ferrari
Type d'article Actualités