Formule 1
03 juil.
-
05 juil.
Événement terminé
10 juil.
-
12 juil.
Événement terminé
17 juil.
-
19 juil.
Événement terminé
31 juil.
-
02 août
Événement terminé
C
GP du 70e Anniversaire
07 août
-
09 août
EL1 dans
3 jours
14 août
-
16 août
EL1 dans
10 jours
28 août
-
30 août
EL1 dans
24 jours
04 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
31 jours
11 sept.
-
13 sept.
Prochain événement dans
38 jours
25 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
52 jours
C
GP de l'Eifel
09 oct.
-
11 oct.
Prochain événement dans
66 jours
23 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
80 jours
31 oct.
-
01 nov.
Prochain événement dans
88 jours

Les grandes manœuvres chez Honda décryptées

partages
commentaires
Les grandes manœuvres chez Honda décryptées
Par :
27 févr. 2016 à 18:30

Mardi dernier, le paddock F1 a été pris par surprise quand Honda a annoncé une restructuration importante de son organigramme. 

Fernando Alonso, McLaren Honda
Jenson Button, McLaren Honda
Yasuhisa Arai, Patron de Honda Motorsport lors de la conférence de presse de la FIA
Fernando Alonso, McLaren Honda
Logo Honda
McLaren Honda
Yasuhisa Arai, CEO Honda Motorsport
Yasuhisa Arai, Directeur de Honda Motorsport
Jenson Button, McLaren MP4-31
Jenson Button, McLaren MP4-31
Yusuke Hasegawa, Honda
Fernando Alonso, McLaren MP4-31 équipé d'instruments de mesure
Yasuhisa Arai et Yusuke Hasegawa, Honda
Yusuke Hasegawa, Honda
Yasuhisa Arai et Yusuke Hasegawa, Honda

Avant que le directeur du programme F1 de Honda, Yasuhisa Arai, ne soit rattrapé par l'âge de la retraite, une réunion de la direction à Tokyo avait abouti sur la décision de le remplacer par Yusuke Hasegawa à partir du 1er mars, même si les deux hommes doivent collaborer encore quelques temps. Mais au-delà de ça, des changements dans l’organisation ont également été effectués à Tokyo afin de renforcer le programme F1 au sein de la compagnie. 

Si un tel changement n’est pas forcément choquant, compte tenu de l’année 2015 très difficile vécue par Honda, c’est le timing qui a pris tout le monde par surprise. Difficile de ne pas faire le lien avec le début des préparatifs de la nouvelle saison. Pourtant, Arai assure que tout était gravé dans le marbre depuis quelques années et que ces changements ne survenaient pas en réaction à des événements récents. 

Pas une question de puissance

En fait, le départ d’Arai est basé sur un événement futur inévitable, puisque la politique de Honda veut qu’aucun de ses employés ne soit en poste au-delà de l’âge de 60 ans, qu’il atteindra cette année. 

"Ce n’est pas lié à la puissance du moteur ni à la performance, cela concerne mon âge et ça ne peut pas changer", explique Arai. "J’avais 58 ans, j’ai 59 ans, et j’aurai 60 ans. C’est un changement d’organisation normal. Habituellement, les entreprises japonaises ont un âge pour la retraite, et les règles de Honda le fixent à 60 ans. Je vais avoir 60 ans, donc je dois passer le relais à quelqu’un. C’est la politique de base."

"Mais c’était très difficile de prendre une décision pour le timing : ce n’est pas mon travail. L’entreprise doit prendre la décision quant au moment, au timing. La réunion de notre direction et de l’administration générale a permis de discuter de quel serait le meilleur moment. Finalement, après la saison 2015, nous avons décidé de changer l’organisation. J’ai donc demandé à Hasegawa-san s’il voudrait endosser ce nouveau rôle, et je dois partir vers une nouvelle fonction, comme celle de conseiller."

De tels changements au sein du personnel de Honda ont habituellement lieu le 1er avril, mais puisque la saison F1 sera déjà lancée à cette date, cela n’aurait pas eu de sens d’attendre davantage pour faire des modifications. 

Arai ne va toutefois pas pour autant abandonner le programme F1 dans l'immédiat. Il restera impliqué après le 1er mars, y compris en assistant à des courses, afin de guider son successeur Hasegawa. "La situation est très compliquée dans le paddock de la F1, donc je veux suivre ça et je devrai suivre cette charge de travail, mais derrière lui", précise-t-il.

Une meilleure concentration

Hasegawa n’est pas étranger à la F1 : il a été le directeur de l’ingénierie de l’équipe du constructeur japonais dans la discipline en 2008, après avoir grimpé les différents échelons. C’est son expérience qui lui a permis de décrocher ce rôle, et de s’assurer d’être suivi par Honda dans ses efforts. "C’est pourquoi Arai-san m’a demandé de le suivre dans son travail", souligne-t-il. 

Hasegawa aura le bénéfice de pouvoir mieux se concentrer sur ce qui doit être fait dans le garage, grâce à la décision de Honda de nommer Yoshiyuki Matsumoto au poste de directeur superviseur des opérations F1, ainsi que pour gérer les dossiers davantage liés à la marque. "Auparavant, nous n’avions pas ce type d’emploi parmi nos dirigeants, c’est donc l’un des engagements de Honda pour soutenir l’équipe Honda F1, ce qui est une bonne chose", confirme-t-il.

Néanmoins, Hasegawa est pour le moment dans une phase d’apprentissage, et Arai reste à ses côtés pour lui permettre d’apprendre rapidement à relever les défis et répondre aux exigences de la F1. 

"Je viens juste de rejoindre l’équipe, donc je ne pourrais pas évaluer la position actuelle ou nos capacités", répond-il quand il est interrogé sur l'état actuel du programme F1 de Honda. "Mais nous avons assurément progressé durant l’hiver. Je ne peux pas me montrer très optimiste, mais nous pouvons sans aucun doute progresser par rapport à l’année dernière."

Encore loin du compte

La situation de Honda avant le début de la saison est à des années-lumière de ce qu’elle pouvait être il y a un an, quand le motoriste japonais et McLaren avaient toutes les peines du monde à parcourir ne serait-ce que quelques tours lors des journées d’essais hivernaux. Toutefois, si les signes de progrès sont clairement encourageants, on est encore loin de pouvoir imaginer Honda être en mesure de concurrencer Mercedes. 

"Il y a eu quelques bons et grands progrès par rapport à l’année dernière", rappelle Arai. "Nous avions parcouru seulement sept tours l’an passé à Jerez, et [lundi] 84 tours, c’est donc une immense amélioration. Mais ce n’est pas encore suffisant. Nous visons Mercedes. Ils sont encore très loin, nous devons faire davantage d’efforts pour améliorer les performances."

Arai ne manque pas non plus de confirmer les propos de Jenson Button en ce qui concerne les progrès réalisés en matière de déploiement de l’énergie avec l’unité de puissance, tout en les relativisant : "L’an dernier c’était vraiment mauvais. Peut-être qu’il comparait ça à l’année dernière, et c’est un énorme progrès. Mais je crois que ce n’est toujours pas assez pour rattraper les top teams. Nous avons besoin de plus."

La base du moteur Honda 2016 est désormais établie, et les quatre jours d’essais à venir seront absolument essentiels pour mettre à l’épreuve les nouvelles pièces ainsi que les nouvelles idées. 

"L’année dernière, j’avais fixé un objectif très élevé pour encourager notre équipe", a insisté Arai. "Je devais garder notre état d’esprit combatif et encourager notre staff, donc j'avais fixé des objectifs élevés. Cette année, nous avons compris ce qui était nécessaire pour rattraper les meilleures équipes, et nous avons compris quel était l’écart. Nous n’avons donc plus d’objectifs, nous sommes plus réalistes."

Avec Jonathan Noble

Force India - "La porte est toujours ouverte" pour Aston Martin

Article précédent

Force India - "La porte est toujours ouverte" pour Aston Martin

Article suivant

Ce qu'il ne fallait pas manquer à Barcelone

Ce qu'il ne fallait pas manquer à Barcelone
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes McLaren Boutique
Auteur Jonathan Noble