Les héros de Renault Sport F1 : Alain Prost

Alain Prost a joué un rôle extrêmement important dans l’histoire de Renault en F1, à la fois comme pilote pour l’écurie officielle pendant trois saisons, et plus tard quand il a gagné son quatrième championnat du monde avec Williams

Alain Prost a joué un rôle extrêmement important dans l’histoire de Renault en F1, à la fois comme pilote pour l’écurie officielle pendant trois saisons, et plus tard quand il a gagné son quatrième championnat du monde avec Williams. Au total, il aura remporté 16 courses avec un moteur Renault.

Né en 1955, Prost s’est d’abord fait un nom en karting avant d’être remarqué par Elf, comme tant d’autres Français de sa génération. En 1976, il a remporté le titre national de Formule Renault, puis le titre européen l’année suivante dans cette même catégorie.

Il est ensuite monté en F3 et sa victoire dans le Championnat Européen en 1979 l’a confirmé comme une star potentielle. Il a ensuite court-circuité la F2 pour rejoindre John Watson chez McLaren en 1980. Il a fait bonne impression en terminant au sixième rang lors de ses débuts en Argentine puis cinquième pour sa deuxième course, au Brésil. Toutefois la bonne fortune de l’équipe n’était pas au rendez-vous, et cela devait être une saison difficile.

En 1981, il rejoint Renault, en remplacement de Jean-Pierre Jabouille comme co-équipier de René Arnoux. Dès sa deuxième saison il est rapidement apparu comme un des leaders avec la RE30, remportant sa première victoire lors de sa course à domicile à Dijon. Il a ensuite connu de nouveaux succès en Hollande puis en Italie avant de prendre la cinquième place au Championnat du Monde.
En 1982, la saison qui a vu la rivalité entre Prost et son coéquipier devenir de plus en plus intense, il a triomphé en Afrique du Sud et au Brésil, pour terminer quatrième au championnat.

La forme de Renault et sa fiabilité s’étaient constamment améliorées et en 1983, avec son nouveau coéquipier Eddie Cheever représentant une menace moins importante qu’Arnoux, Prost allait devenir un meneur récurrent avec la RE40. Il a gagné en France, en Belgique, en Grande-Bretagne et en Autriche, ce qui le plaçait en bonne position pour remporter le premier titre de Champion du Monde pour Renault. Cependant, une remontée sur le tard de Nelson Piquet a vu le pilote Brabham remporter le titre lors de la toute dernière manche en Afrique du Sud, laissant Prost finir second et frustré.

Dans la foulée de cette saison Prost s’est retrouvé sur le marché des pilotes. Il a rapidement été happé par Ron Dennis, qui avait reconstruit l’équipe McLaren depuis le départ d’Alain. En 1984, Prost a gagné sept courses et son coéquipier Niki Lauda cinq, mais l’Autrichien en a suffisamment fait lors de la course finale au Portugal pour remporter le titre avec une marge infime d’un demi-point.
Après être passé si près du titre par deux fois, Prost est finalement devenu le premier champion du monde français de l’histoire en 1985. En 1986, les Williams-Honda de Nelson Piquet et Nigel Mansell ont donné le ton, mais le tenace Prost a continué à obtenir de bons résultats, avant de devenir le premier pilote à défendre avec succès un titre de Champion du Monde depuis Jack Brabham en 1959 et 1960.

Après une décevante saison 1987, il y a eu d’énormes changements chez McLaren avec l’intégration d’Ayrton Senna et de Honda en 1988. Prost a remporté sept courses, terminé deuxième derrière Senna sept fois, et établi sept records du tour. Au final le Brésilien a décroché la couronne au Japon, avant dernière course de la saison.

L’année suivante, leur confrontation a pris de plus en plus d’ampleur. L’histoire a atteint son paroxysme à Suzuka, lorsque les deux hommes se sont rentrés dedans à la chicane. Senna a pu continuer, avant d’être ensuite exclu, offrant ainsi son troisième titre à Prost.

En 1990 Prost a rejoint Ferrari, une fois encore la saison s’est transformée en bataille entre le Français et Senna, et une fois de plus son épilogue eut lieu à Suzuka, où Senna a remporté le titre après une nouvelle collision controversée entre les deux. En 1991, Prost a connu quelques podiums, mais a périclité avec l’équipe italienne, la quittant avant la fin de la saison.

Contractuellement Prost a été forcé de laisser passer 1992, mais l’année suivante, il a retrouvé Renault en rejoignant Williams aux côtés de la nouvelle recrue Damon Hill. Armé de la superbe high-tech FW15C il était difficile à battre, remportant sept courses et treize pôles remarquables pour finalement remporter son quatrième titre. À la fin de l’année Prost est parti à la retraite et son vieux rival Senna a pris son baquet chez Williams.

Prost a eu du mal à rester à l’écart de la F1, réalisant des essais pour McLaren et travaillant comme consultant pour Renault. En 1997, il s’est impliqué dans une reprise de Ligier, qui a été légitimement rebaptisée Prost Grand Prix. Gérer l’équipe s’est avéré être une tâche plus difficile qu’il ne l’avait envisagée, et l’équipe s’est éteinte à la fin de la saison 2001.

Depuis lors, Prost est resté proche de ce sport, participant à des événements comme les courses sur glace et en accompagnant la carrière de son fils Nicolas. Il a également été récemment nommé ambassadeur pour la marque Renault.

Par Renault Sport F1

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Eddie Cheever , Nigel Mansell , Niki Lauda , Jean-Pierre Jabouille , Alain Prost , Ayrton Senna , Damon Hill , René Arnoux , Nelson Piquet , John Watson , Jack Brabham
Équipes McLaren , Williams , Ferrari
Type d'article Actualités