Les héros de Renault Sport F1 : Michael Schumacher

Michael Schumacher n’a passé qu’une seule année de sa longue carrière propulsé par Renault ; lors de sa dernière saison avec Benetton en 1995

Michael Schumacher n’a passé qu’une seule année de sa longue carrière propulsé par Renault ; lors de sa dernière saison avec Benetton en 1995.

Néanmoins, cela s’est révélé être un partenariat très fructueux, comme neuf victoires en Grand Prix et un titre de Champion du Monde en attestent. Né en 1969, Schumacher s’était déjà fait un nom par lui-même en karting avant sa rapide ascension dans le milieu de la course automobile. Il a terminé deuxième du Championnat Allemand de F3 en 1989, performance qui lui a valu une place dans l’équipe junior de Mercedes Sport l’année suivante.

Il s’est très vite adapté aux machines puissantes du Groupe C, tout en trouvant le temps de gagner le Titre de F3 allemande en 1990, plus les prestigieux événements de Macao et de Fuji.

En 1991, il s’est concentré sur les voitures de sport avec son coéquipier de chez Mercedes, Karl Wendlinger. Toutefois, en Août, s’est présentée l’opportunité de conduire pour l’écurie Jordan au GP de Belgique. Il a fait des débuts fracassants, se qualifiant septième, même s’il a du abandonner avant la fin du premier tour lors de la course.

Il a rapidement été recruté par l’écurie Benetton, et ne tarda pas à marquer des points. Très vite, un partenariat fructueux s’est formé avec Ross Brawn, directeur technique de Benetton, et Rory Byrne, designer. En 1992, il a remporté une mémorable première victoire en Grand Prix à Spa, un an exactement après ses débuts. Un deuxième succès a suivi au Portugal en 1993, puis en 1994 le package Benetton s’est avéré difficile à battre et Schumacher a remporté son premier championnat du monde, battant la Williams-Renault de Damon Hill lors de la dernière course à Adélaïde.

Pour la saison 1995, Benetton est passée du Ford Cosworth V8 au V10 Renault, l’équipe rejoignant Williams comme partenaire de la société française. La saison s’est rapidement transformée en duel entre les deux écuries propulsées par Renault et Schumacher avait la haute main dès le départ. En effet, la saison s’est avérée au global plus simple pour lui que 1994 ne l’avait été, bien que Williams ait régulièrement pris l’avantage en qualifications, Hill et Coulthard remportant la plupart des pôles de la saison.

Michael a commencé la saison en beauté en gagnant la course d’ouverture au Brésil, suivie de plusieurs succès en Espagne, à Monaco, en France, en Allemagne et en Belgique. Sa première victoire à domicile a été particulièrement appréciée, mais le milieu de saison a été gâché par des affrontements avec Hill à Silverstone et à Monza – chacun d’entre eux se terminant par une victoire de Johnny Herbert, coéquipier de Schumacher chez Benetton.

Schumacher s’était créé une avance confortable, l’a emporté lors du Grand Prix d’Europe (chez lui au Nürburgring) pour finaliser son deuxième titre lors du GP du Pacifique d’Aida, deux courses avant la fin de la saison. Une neuvième victoire au Japon a été du bonus, et il a terminé l’année avec huit meilleurs tours en course et quatre pôles à son palmarès. Pendant ce temps, Benetton-Renault a remporté le titre constructeur.

Ce fut la fin d’une époque pour l’écurie, car en 1996 Michael est parti chez Ferrari, créant une association qui le confirmera au final comme l’un des plus grands pilotes de tous les temps. Après que Brawn et Byrne l’ait suivi à Maranello, il fut proche de remporter le championnat en 1997 et en 1998. Il s’est cassé la jambe en 1999, avant de finalement gagner son premier titre pour Ferrari en 2000, enchaînant avec quatre autres succès au cours des quatre saisons suivantes. A Monza, en 2006, il a annoncé sa retraite avant de perdre le titre cette année-là lors de la dernière manche au Brésil, au profit de la Renault de Fernando Alonso.

Après trois ans d’absence, Michael est revenu chez Mercedes en 2010, où il a retrouvé Brawn. Après des débuts difficiles, il a depuis prouvé qu’il n’avait rien perdu de son ancienne motivation.

Abonnez-vous à la newsletter

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Johnny Herbert , Michael Schumacher , Karl Wendlinger , Fernando Alonso , Ross Brawn , Damon Hill
Équipes Mercedes , Williams , Ferrari
Type d'article Actualités