Les meilleurs moments de Williams : Espagne 1994 (#4)

On le sait, 1994 fut une sombre année pour la Formule 1 en général, ainsi que pour l'équipe Williams suite au crash d'Imola

On le sait, 1994 fut une sombre année pour la Formule 1 en général, ainsi que pour l'équipe Williams suite au crash d'Imola. C'est sans doute pour cela que chaque victoire décrochée cette année-là valait plus qu'un simple succès pour eux. Celle acquise au Grand Prix d'Espagne en est l'exemple le plus parlant.

Moins d'un mois après la disparation d'Ayrton Senna, la F1 débarquait à Barcelone en craignant un nouvel incident. En effet une série noire était en cours depuis les drames du Grand Prix de Saint-Marin : outre les disparations de Senna et Roland Ratzenberger, Rubens Barrichello avait frôlé le pire lors des essais du vendredi. Un accident au départ entre Pedro Lamy et JJ Lehto avait projeté des débris dans le public, blessant certains spectateurs. Enfin, une roue mal fixée sur la Minardi de Michele Alboreto avait fauché deux mécaniciens, un incident qui incita les autorités à instaurer une vitesse limite dans la voie de stands.

Deux semaines plus tard, Karl Wendlinger s'accidenta violemment à la chicane à Monaco, le plongeant pendant plusieurs semaines dans le coma. Puis Pedro Lamy se blessa grièvement en essais privés à Silverstone. Enfin, à Barcelone même, Andrea Montermini, qui remplaçait le défunt Ratzenberger chez Simtek, détruisit sa monoplace dans la ligne droite des stands. Une psychose qui fut à l'origine d'une chicane improvisée à Barcelone, composée de deux rangées de pneus...

Dans tout ce chaos, le sport continuait, et Michael Schumacher, qui restait sur quatre victoires de rang, ne comptait pas s'arrêter en si bon chemin. Il signa la pole devant Damon Hill, qui devait donc reprendre le flambeau, tant bien que mal.

Le pilote essayeur de Williams, David Coulthard, fit ses débuts ici pour remplacer Senna. Si Frank Williams fit preuve d'humour anglais en justifiant son choix par "il a une superbe petite amie", il était de notoriété publique qu'il n'était pas le premier choix de l'équipe : l'équipe avait pensé à tirer Prost ou Patrese de leur retraite, et avait même proposé le volant à Heinz-Harald Frentzen qui effectuait des débuts prometteurs chez Sauber. L'Allemand refusa, laissant le champ libre à l'Ecossais... jusqu'au retour de Nigel Mansell à Magny-Cours.

En course, Schumacher était bien parti pour un nouveau cavalier seul. Cependant, sa boîte de vitesses lui joua des tours puisqu'après son premier ravitaillement, il dut parcourir le reste de la distance en cinquième vitesse ! Hill réussit donc à prendre l'avantage sur lui et la surprenante McLaren Peugeot de Mika Hakkinen, laquelle allait finir sa course dans un panache de fumée, comme souvent cette saison-ci.

Malgré les efforts louables de Schumacher pour menacer la Williams avec sa Benetton affaiblie, Hill conserva le leadership jusqu'au bout devant l'Allemand et l'inattendue Tyrrell de Mark Blundell, dont ce sera le dernier podium. Hill signa sa quatrième victoire en Formule 1, la première cette saison pour lui et l'équipe, et probablement l'une des plus émouvantes pour celle-ci.

"Une superbe victoire de Damon Hill, nette et sans bavure, un mois après la perte d'Ayrton Senna. Un succès qui a beaucoup aidé à panser les plaies de cette disparation".

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Michael Schumacher , Heinz-Harald Frentzen , Rubens Barrichello , David Coulthard , Mika Hakkinen , Karl Wendlinger , Nigel Mansell , Mark Blundell , Pedro Lamy , Ayrton Senna , Damon Hill , Michele Alboreto , Andrea Montermini , Frank Williams , Roland Ratzenberger , JJ Lehto
Équipes McLaren , Sauber , Williams
Type d'article Actualités