Formule 1 2017
Dossier

Formule 1 2017

Les organisateurs "surpris" par les doutes autour du GP du Brésil 2017

Au lendemain de la publication, par la FIA, d'un calendrier de 21 dates provisoire pour la saison 2017, les organisateurs et Felipe Massa ont réagi à l'incertitude qui plane au-dessus du Grand Prix du Brésil.

Les organisateurs "surpris" par les doutes autour du GP du Brésil 2017
Travaux de rénovation à Interlagos
Felipe Massa, Williams Martini Racing, signe des autographes
Felipe Massa, Williams FW38 Mercedes
Des fans brésiliens
Marche sur le circuit d'Interlagos
Felipe Massa, Williams Martini Racing
Felipe Massa, Williams FW38 Mercedes, s'arrête au stand
Marche sur le circuit d'Interlagos
Travaux de rénovation à Interlagos
Charger le lecteur audio

En effet, à la surprise même des organisateurs, la course sur le circuit d'Interlagos figure bien au calendrier en avant-dernière position mais est frappée d'une petite astérisque signifiant que la course est sujette à confirmation de la part des instances pour bien figurer dans la version définitive dudit calendrier.

Les organisateurs de l'épreuve ont fait part, par voie de communiqué, de leur étonnement : "L'organisation du Grand Prix du Brésil a pris connaissance, avec surprise, du calendrier du Championnat du monde de F1 2017 qui montre que la course doit être confirmée. Il y a un contrat en place jusqu'en 2020 dont toutes les dispositions seront remplies, comme ça a été le cas lors des 45 dernières années."

En juin dernier, déjà, l'avenir de la course avait été remis en cause par Bernie Ecclestone lui-même, concernant notamment le fait que certains travaux attendus n'avaient encore pas été effectués.

Réagissant en conférence de presse à cette nouvelle, Felipe Massa, qui prendra sa retraite en fin de saison, estime que la perte d'Interlagos serait une déception, d'autant que le nombre de pilotes brésiliens sur la grille risque lui aussi d'être réduit à peau de chagrin.

"Nous ne savons pas ce qui se passe en coulisses avec les contrats. Parfois, on met la pression sur un pays parce que les choses ne fonctionnent pas comme le souhaite Bernie, par exemple. Il y a de la pression et ce n'est pas agréable."

"Le Brésil fait partie de la F1 depuis longtemps. Ce serait très décevant de perdre une course au Brésil même si je n'y serai pas. Je vais soutenir mon pays et les nouveaux pilotes brésiliens. Je sais que la situation économique n'est pas facile, mais on ne sait jamais."

"Ce n'est peut-être que de la pression. J'espère que ce qui est arrivé en Allemagne n'arrivera pas à Interlagos, c'est une des meilleures courses à regarder. J'espère le meilleur pour mon pays."

Le Brésil n'est pas la seule étape du calendrier qui est en suspens puisque le Canada et l'Allemagne doivent aussi être confirmés.

partages
commentaires
Ericsson frise la catastrophe dans un accident... avec un poulet !
Article précédent

Ericsson frise la catastrophe dans un accident... avec un poulet !

Article suivant

L'intérêt de Renault pour Sainz est un "honneur", pas une distraction

L'intérêt de Renault pour Sainz est un "honneur", pas une distraction