Les pilotes craignent le trafic à Monaco

Avec deux équipes de plus que l'année dernière, la grille s'est étendue à 24 monoplaces cette saison, ce qui augmente évidemment les problèmes liés au trafic, en particulier dans les rues étroites de Monaco

Avec deux équipes de plus que l'année dernière, la grille s'est étendue à 24 monoplaces cette saison, ce qui augmente évidemment les problèmes liés au trafic, en particulier dans les rues étroites de Monaco.

Mais ce qui inquiète le plus les pilotes aujourd'hui, c'est que le plateau actuel compte trois nouvelles écuries (Lotus, Virgin Racing et HRT, ndlr) dont les monoplaces sont bien moins compétitives que les autres.

Sur le circuit urbain de Monaco, ce n'est pas en course que le trafic perturbe le plus les pilotes, mais en qualifications. En effet, du fait de l'étroitesse de la piste, rencontrer une voiture plus lente dans cet exercice gâche instantanément toute chance de signer un bon chrono.

Pour palier à ce problème, les pilotes avaient proposé la semaine dernière de scinder la première partie des qualifications, au moment où toutes les monoplaces sont en pistes. L'idée était toute simple : les écuries de pointe ne disputeraient pas la Q1 avec les équipes plus lentes.

Une telle décision revenant aux équipes, la FOTA s'était donc réunie pendant le week-end du Grand Prix d'Espagne pour discuter de la question. Mais aucun accord n'ayant pu être trouvé, les qualifications du Grand Prix de Monaco se dérouleront sous le format habituel.

Les pilotes n'auront donc d'autre choix que de faire en sorte d'avoir au moins un tour clair en qualifications, une situation qui promet d'être difficile à gérer d'après Jenson Button.

"Ça va être difficile pour nous tous. Normalement si vous rencontrez du trafic, vous pouvez ralentir pour essayer d'avoir de la marge pour le tour suivant, mais cette fois je pense qu'il va falloir continuer à attaquer."

"Je crois que ça va être difficile en Q1, mais nous allons nous débrouiller. Certains d'entre nous seront en colère et pas contents, mais nous allons faire face à la situation."

Felipe Massa renchérit : "Quand vous êtes en qualifications et que vous ne pouvez pas faire de tour, ce n'est pas agréable. Ici, c'est le pire circuit à ce niveau-là. Nous avons fait du bon boulot jusqu'à présent en Q1, Q2 et Q3, mais ici ce sera un gros problème, surtout en Q1."

"Ça aurait été sympa d'avoir des qualifications différentes, au moins pour la rendre plus réelle et pour donner la possibilité à chaque pilote de faire de son mieux, car je pense que trouver un tour clair ne sera pas facile ici."

Comme ses camarades, Pedro de la Rosa est préoccupé par la question du trafic. Pour lui, ce ne sera pas problématique qu'en qualifications et en course, mais aussi en essais libres.

"La Q1 sera particulièrement difficile, mais pas seulement la Q1, à chaque tour des essais libres, surtout avec les pneus neufs, vous allez souffrir. À cause du trafic et du différentiel de vitesse entre les voitures, vous devez créer un plus grand écart avec la voiture de devant, tout simplement pour éviter de la rattraper dans le dernier secteur. Ça va être un challenge."

"En plus de cela, la sélection des types de pneus de Bridgestone fait qu'il sera plus difficile de pouvoir ralentir comme vous le voulez dans le dernier secteur car vous devez attaquer pour maintenir les pneus à température. Ce sera donc encore plus difficile pour les pilotes de créer un écart pour avoir un tour clair," poursuite le pilote Sauber.

"Ça va donc être compliqué, mais tout ce que nous pouvons faire est d'essayer d'avoir le plus gros écart disponible. C'est la même chose pour tout le monde."

Jarno Trulli, pilote pour la nouvelle équipe Lotus, est également conscient du problème du trafic. Mais il insiste sur le fait que ça concernera tout le monde, même les équipes les plus lentes comme la sienne.

Cependant, l'Italien reconnait aussi que le fait que les qualifications pourraient devenir une vraie loterie pourrait aider son équipe à tirer son épingle du jeu.

"Mon point de vue est que nous allons tous avoir du trafic, surtout en Q1, car il y aura beaucoup de voitures en piste. Puis c'est une question de chance car il se pourrait qu'une voiture plus rapide ralentisse devant moi alors que je suis dans un tour rapide."

"D'un autre côté, peut-être que je serai sur un tour rapide, mais pas assez pour une voiture plus rapide qui va donc me rattraper en fin de tour. Dans les deux sens, ça ne va pas marcher. Mais pour le moment, nous ne pouvons pas vraiment y penser. Il nous faut juste voir ce que nous pouvons essayer de faire pour nous libérer du trafic et faire notre boulot," ajoute-t-il.

"Tout peut arriver à Monaco, même si vous êtes très loin des meilleures équipes. Pour avoir un bon tour, il suffit de rouler et rouler encore. Pour nous ce sera plus difficile, mais Monaco est l'endroit où vous avez plus de chance."

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jarno Trulli , Jenson Button , Pedro de la Rosa , Felipe Massa
Équipes Sauber , Virgin Racing
Type d'article Actualités