Les plus belles courses de Mark Webber : Angleterre 2010

Deux mois après son triomphe monégasque, et deux semaines après son envol terrifiant sur la Lotus de Heikki Kovalainen à Valence, Webber n'était plus dans une bonne passe

Deux mois après son triomphe monégasque, et deux semaines après son envol terrifiant sur la Lotus de Heikki Kovalainen à Valence, Webber n'était plus dans une bonne passe. En Turquie, économisant sa mécanique, il vit son équipier Vettel revenir sur lui, amenant les deux à un accrochage éliminatoire pour l'Allemand et privant l'Australien d'une victoire méritée. Dans son traitement de la situation, l'équipe Red Bull commençait alors à témoigner malgré elle d'une préférence manifeste pour Vettel. Webber ne s'en souciant guère dans un premier temps.

Cependant à Silverstone, Red Bull en remit une couche. L'équipe amena un nouveau modèle d'aileron avant pour ses deux pilotes. Or Vettel détruisit le sien lors de la dernière séance d'essais libres, si bien que l'équipe demanda à Webber de céder le sien à son équipier, sous prétexte que celui-ci était alors mieux placé au championnat. C'était le cas en effet mais d'une marge suffisamment réduite pour que Webber soit également un candidat sérieux au titre : 115 points pour l'un, 103 points pour l'autre, avec les deux pilotes McLaren les devançant au classement.

Inutile de dire que Webber n'était pas ravi de cela, et encore moins de constater que Vettel en profita pour signer la pole position à ses dépends, pour 143 millièmes de seconde. Heureusement pour lui, cette contrariété fut vengée dès le départ : Vettel prit l'avantage après avoir légèrement tassé son équipier, mais l'aileron avant de Webber toucha le pneu arrière gauche de l'autre Red Bull.

Ce contact suffit pour provoquer une crevaison, ce qui laissa la voie libre à Webber. Contraint de boucler un tour complet dans cette situation, Vettel fut rejeté au fond du classement, et ne put revenir qu'à la septième place avec l'aide du Safety Car, lequel est intervenu à mi-course après que la Sauber de Pedro De la Rosa ait semé des débris dans la ligne droite précédant Stowe.

Devant, Webber domina de bout en bout, sans être particulièrement inquiété par Lewis Hamilton. Victorieux pour la première fois sur l'ancien aéroport militaire, l'Australien se laissa aller à une petite phrase abondamment reprise par les médias par la suite : "Not bad for a N°2 driver !", à savoir "Pas mal pour un pilote N°2 !". L'allusion au changement d'aileron favorisant Vettel était on ne peut plus claire...

"Je ne sais pas si la différence entre nous en qualifications provient de l’aileron avant, mais c’était loin d’être la meilleure situation et cela a rendu ma victoire bien plus savoureuse. J'ai fait du mieux que j'ai pu aujourd'hui et ça a plutôt bien marché".

Webber avait alors repris l'avantage sur Vettel au championnat et il le conserva... Jusqu'au dernier Grand Prix où il manqua le titre de peu à Abu Dhabi. Il n'aura plus jamais cette chance...

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Mark Webber , Lewis Hamilton , Heikki Kovalainen
Équipes McLaren , Sauber
Type d'article Actualités