Les pneus arrière souffriront à Bahreïn selon de la Rosa

Pedro de la Rosa, qui effectue son retour à la compétition après avoir occupé le poste de pilote d’essai chez McLaren Mercedes et Pirelli, est le seul pilote du plateau à avoir pu tester les pneus P-Zero du manufacturier italien sur le circuit de...

Pedro de la Rosa, qui effectue son retour à la compétition après avoir occupé le poste de pilote d’essai chez McLaren Mercedes et Pirelli, est le seul pilote du plateau à avoir pu tester les pneus P-Zero du manufacturier italien sur le circuit de Bahreïn.

Selon le pilote HRT, le circuit de Bahreïn fera souffrir les pneumatiques ce week-end. La chaleur et la nature du circuit devrait générer une course intéressante d’un point de vue stratégique, comme ce fut le cas en Chine.

"Le Circuit International de Bahreïn est très dur avec les pneus arrière en raison des nombreux virages négociés en première, seconde et troisième vitesse, durant lequel il est nécessaire de disposer de beaucoup de tractions et où les pneus souffrent beaucoup. C’est pour cette raison qu’il s’agit d’un bon circuit de tests. Nous l’avons testé avec Pirelli à deux occasions lorsque j’étais pilote d’essais. Ce fut une expérience fantastique, que j’ai beaucoup apprécié, même si nous avions eu à cette époque une tempête de sable," a déclaré de la Rosa.

"J’ai déjà connu la pluie, la grêle et même la neige dans une F1, et ce fut donc assez incroyable ! La piste est également dure avec les freins en raison de zones comme le premier, le quatrième ou le dernier virage, où il faut freiner très fort et passer du septième au premier rapport. C’est un superbe circuit pour les dépassements avec une ligne droite d’un kilomètre et une autre longue entre les virages 1 et 4 et une dernière ligne droite incroyablement étendue entre les virages 13 et 14."

Le Grand Prix de Bahreïn n’ayant pas eu lieu l’an dernier, l’utilité du DRS n’a pas encore pu être jugé sur le circuit de Manama. Cependant, le pilote espagnol estime qu’il facilitera les dépassements dans les longues lignes droites bahreïnies.

"La façon dont le DRS fonctionne est également très importante. Avec le DRS et l’aspiration, dépasser ne devrait pas représenter un problème. Le vent a une grande influence sur le comportement de la voiture au freinage à Bahreïn, et il est possible de manquer la ligne de freinage de quelques mètres en passant de 320 à 70 km/h et de bloquer les roues avant et créer un plat," a-t-il ajouté.

"Ce sera quelque chose que l’on verra fréquemment au premier virage. Il convient d’essayer de réduire la cambrure autant que possible, afin de placer autant de surface pneumatique que possible contre l’asphalte et de réaliser de bons freinages et disposer de traction."

"Il faut également y réduire l’appui en raison du grand nombre de lignes droites. C’est un circuit assez standard en termes d’arrêts aux stands. Je pense que les équipes observeront des stratégies à deux arrêts, car les pneus durent plus longtemps cette saison et le nouveau profil Pirelli est très bénéfique pour extraire le meilleur des gommes."

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Pedro de la Rosa
Équipes McLaren , Mercedes
Type d'article Actualités