Les pneus suscitent aussi une grosse polémique en MotoGP

La saison 2013 de Formule 1 aura été une saga pneumatique offrant moins d’attrait que l’an dernier

La saison 2013 de Formule 1 aura été une saga pneumatique offrant moins d’attrait que l’an dernier. Si les allocations Pirelli et la difficile lecture des performances des enveloppes italiennes a généré une glorieuse incertitude sportive en début de saison 2012, permettant à sept pilotes de s’imposer sur les sept premières épreuves, 2013 fut une panacée de tous les problèmes pouvant être rencontrés par un manufacturier en piste et dans les coulisses.

Mais la situation n’est pas non plus aisée pour Bridgestone en MotoGP. L’ex-équipementier unique de la F1 a maintenu son engagement ces dernières années en MotoGP comme fournisseur unique, en dépit d’un accident mortel de Marco Simoncelli souvent imputé par les insiders du paddock à une possible défaillance d’un pneu nippon.

Ce weekend, sur le tracé australien de Phillip Island, une première assez tragique en termes de spectacle a eu lieu : les pilotes ont tous été obligés de changer de moto en cours de GP pour pouvoir rallier l’arrivée, en raison d’une usure excessive, et ce, en dépit d’une course raccourcie de 27 à 19 tours !

Une situation cacophonique, ayant également eu un grand impact sur le championnat du monde, le leader Marc Marquez ayant été disqualifié de la course pour ne pas être passé dans les stands dans la fenêtre exigée par l’organisation de course pour ce qui fut une première absolue (son équipe Honda pensait pouvoir l’arrêter au terme d’un tour non bouclé, cependant comptabilisé).

L’image de Bridgestone, et du MotoGP au sens large, en ont pris un sacré coup. Pour la première fois de l’histoire du MotoGP, il fut obligatoire de s’arrêter aux stands à cause des pneus pour tous les concurrents. Re-surfacé pour un investissement de plusieurs millions d’euros, le tracé de Phillip Island proposait certes un challenge différent des autres pistes, mais ne pouvant offrir de justifications à Bridgestone pour le manque de préparation de l’évènement en termes de mélanges.

Cela a pu avoir l’air cool et excitant à la télé, mais je peux vous dire que ça a été un petit cauchemar”, tranche Dani Pedrosa (Honda), lui aussi pénalisé pour être passé à vitesse trop élevée dans les stands lors de ce changement. “C’est dommage ; ce n’est pas une bonne image de devoir faire ces choses”.

Même son de cloche du côté de l’expérimenté « Docteur », Valentino Rossi (Yamaha).

Bridgestone doit faire des efforts pour améliorer les pneus les plus durs. Le peu le plus dur n’a jamais marché pour quiconque cette année. Sur toutes les courses, tout le monde a été forcé d’utiliser les tendres car le dur ne fonctionne pas. J’espère que Bridgestone fera plus d’efforts pour donner deux options de bons pneus aux pilotes, qui marchent lors de chaque weekend, car ça ne s’est jamais produit cette année”.

Abonnez-vous à la newsletter

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Valentino Rossi , Marco Simoncelli , Dani Pedrosa , Marc Márquez , Phillip Island
Type d'article Actualités