Les restrictions radio agacent chez Williams

Suite à la controverse qui a animé la fin du Grand Prix de Grande-Bretagne et les informations radio utilisées par Mercedes pour "aider" Nico Rosberg, Pat Symonds appelle au changement. 

Les restrictions radio agacent chez Williams
Le muret des stands Ferrari
Pat Symonds, directeur technique Williams
Pat Symonds, directeur technique Williams
Muret des stands Renault Sport F1 Team
Le muret des standsMercedes AMG F1 pit gantry
Le muret des stands de Sahara Force India F1
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid

Depuis quelques temps, les écuries tentent d’infléchir la position de la FIA sur les restrictions radio, plus particulièrement depuis que certaines d’entre elles n’ont pas pu gérer au mieux les alertes autour des freins lors du Grand Prix d’Autriche. Non seulement la FIA a choisi de ne pas aller dans ce sens, mais elle est passée à un stade supérieur à Silverstone en prenant pour la première fois une sanction. 

Ainsi, à la suite de l’investigation qui a eu lieu autour du cas de Nico Rosberg, ce dernier a été pénalisé de 10 secondes et a perdu le bénéfice de sa deuxième place, pour avoir reçu des indications trop précises quant à la manière de gérer la défaillance de sa boîte de vitesses dans les derniers tours. 

Pour Pat Symonds, directeur technique de Williams, la situation actuelle autour des restrictions radio n’est pas bonne et doit changer dès que possible. La limite a selon lui été atteinte en Autriche, quand Sergio Pérez est sorti de la piste en fin de course suite à un problème de freins. 

"Sur le muret des stands, nous connaissons assez bien les règles, et normalement, lorsque quelque chose survient, nous savons quoi faire", explique-t-il. "Avec ça [ce règlement], à chaque course il y a un débat : ‘Oh, nous ne devrions pas faire ça, qu’allons-nous faire ?’ Pauvre Pérez en Autriche, c’est ridicule. On va engendrer des dégâts sur une voiture car on ne peut pas dire à un gars que ses freins vont lâcher ? C’est de la négligence. Ce n’est pas seulement mauvais, c’est de la négligence."

Symonds ne cache pas que si Williams s’était retrouvé dans la même situation que Force India, le choix aurait été fait d’avertir le pilote tout en prenant le risque d’être pénalisé. 

"Nous avons débattu de la situation de Pérez. Nous avons dit : ‘Si c’est le cas, nous dirons au pilote de s’arrêter, nous ne nous soucions pas de la pénalité, nous n’allons pas prendre le risque de blesser le pilote’."

Repenser les règles ?

Le Britannique ne comprend pas la raison d’être des restrictions radio et les juge comme un non-sens. 

"Je n’aime pas ça", insiste-t-il. "Pour moi, c’est un sport d’équipe, nous devrions travailler ensemble. Que les gens veuillent vraiment nous empêcher de coacher les pilotes, je peux m’y faire. Mais aider à gérer les systèmes ? Je ne crois vraiment pas que ce soit un gros problème. Où plaçons-nous la frontière ?"

"C’est un sport d’équipe, si un pilote doit être au volant seul et sans aide, devrait-il changer lui-même ses pneus ? Imaginons ça : le pilote sort de la voiture, change les pneus, remonte dans la voiture. Où plaçons nous la limite ? A mon avis, là où ils ont placé la limite, c’est difficilement un bon endroit."

Symonds n’est pas le seul dans le paddock à ne pas apprécier les restrictions radio. Christian Horner, directeur de Red Bull Racing, estime lui aussi qu’il est temps de repenser le règlement et de mettre en place un système plus approprié. 

"Les voitures sont techniquement très complexes, et on peut comprendre pourquoi Mercedes voulait envoyer ce message pour que son pilote reste en course", commente-t-il. "Au final, c’est un sport d’équipe, et les voitures sont bien plus compliquées qu’elles ne l’étaient il y a quatre ans pour que les pilotes sachent ce qu’ils devraient faire ou ne pas faire."

"Aujourd’hui, les règles sont ce qu’elles sont ; est-ce que Nico et l’équipe ont enfreint ces règles ? Et par conséquent, quelle est la sanction ? La question est : est-ce que ces règles sont bonnes pour la F1, et ça c’est un problème différent."

partages
commentaires
Arrivabene - Pour ce qui est de la malchance, Ferrari est en tête
Article précédent

Arrivabene - Pour ce qui est de la malchance, Ferrari est en tête

Article suivant

Ericsson - "Impressionnant" de sortir du crash de Silverstone sans blessure

Ericsson - "Impressionnant" de sortir du crash de Silverstone sans blessure
Charger les commentaires
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
28 nov. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
27 nov. 2021
Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes Prime

Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes

OPINION : L'écurie Red Bull a disposé du package le plus rapide pendant la majeure partie de l'année 2021, mais lors de plusieurs épreuves de la dernière ligne droite, elle a gaspillé le potentiel de la RB16B. Deux Grands Prix avant la fin de saison, elle ne peut pas se permettre de le faire à nouveau avec Lewis Hamilton qui réduit l'écart sur Max Verstappen au classement des pilotes.

Formule 1
26 nov. 2021
Pourquoi l'aileron Red Bull fait des vagues Prime

Pourquoi l'aileron Red Bull fait des vagues

Le DRS oscillant de Red Bull a fait parler de lui lors du Grand Prix du Qatar. Plus précisément, c'est une des configurations de l'aileron arrière de l'équipe qui pose problème.

Formule 1
25 nov. 2021
Hamilton se confie : Verstappen, la diva Mercedes, l'héritier Russell... Prime

Hamilton se confie : Verstappen, la diva Mercedes, l'héritier Russell...

La saison 2021 est certainement l'une des plus intenses qu'ait connues Lewis Hamilton au fil de sa longue et victorieuse carrière en Formule 1. Le septuple Champion du monde s'est confié à quatre médias au Grand Prix du Qatar, dont Motorsport.com, sur de nombreux sujets tels que cette bataille à couteaux tirés avec Max Verstappen, une Mercedes W12 qui lui donne du fil à retordre et son futur coéquipier George Russell…

Formule 1
24 nov. 2021
Les notes du Grand Prix du Qatar 2021 Prime

Les notes du Grand Prix du Qatar 2021

Après le Grand Prix du Qatar, vingtième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
22 nov. 2021
Les plans du Qatar pour sa Coupe du monde annuelle Prime

Les plans du Qatar pour sa Coupe du monde annuelle

Un an avant le début de la Coupe du monde de football 2022, le Qatar organise le premier de ses onze nouveaux Grands Prix de Formule 1. Une exposition médiatique rêvée pour le pays, qui est vivement critiqué sur les questions relatives aux droits de l'homme.

Formule 1
21 nov. 2021
Pourquoi Verstappen se trouve confronté à un héritage Honda Prime

Pourquoi Verstappen se trouve confronté à un héritage Honda

Max Verstappen trouve les pénalités moteur "illogiques", toutefois elles sont en vigueur depuis désormais quatre saisons et ont en grande partie été façonnées par les difficultés rencontrées par Honda au moment de son retour en F1. Retour sur l'évolution récente des sanctions concernant les unités de puissance.

Formule 1
20 nov. 2021