Les secrets de l’intrigante saga entre Red Bull et Mercedes (1/3)

Que s'est-il réellement passé derrière des portes closes lors des pourparlers concernant une éventuelle motorisation de Red Bull par Mercedes? Voici la première partie de cette analyse.

Niki Lauda se rendait à une conférence de presse avec Bernie Ecclestone au Grand Prix des États-Unis à Austin quand il nous a fourni quelques informations nouvelles sur les discussions qui se sont déroulées entre l’écurie de Formule 1 Red Bull Racing et le motoriste Mercedes. Lauda a révélé des choses étonnantes, mais a-t-il raconté toute l’affaire puisque circulent deux versions presque contradictoires de cette saga?

Premiers contacts

C’est lors du Grand Prix d’Autriche à la mi-juin que Red Bull, exaspéré par Renault, a décidé de partir à la chasse d’un autre partenaire moteur. Alors pourquoi ne pas s’intéresser au meilleur du plateau, c’est-à-dire le bloc Mercedes? Des discussions privées ont alors commencé avec, à un moment, la possibilité de voir le nom d’Aston Martin impliqué.

Aston Martin possède des liens commerciaux avec Mercedes, travaille avec Adrian Newey sur un projet de voiture de route, et son management avait auparavant lié l’accord commercial unissant Red Bull à Infiniti, ce qui procurait un modèle d’affaires à un éventuel lien entre Aston Martin et Red Bull Racing. C’était une association parfaite.

Toutefois, il y avait quelques problèmes à surmonter. D’abord, pourquoi Mercedes voudrait-il coopérer avec un de ses plus sérieux rivaux, une équipe qui pourrait potentiellement le battre avec le même moteur? Deuxièmement, Dietrich Mateschitz, grand patron de Red Bull, n’a jamais eu de relations très cordiales avec Mercedes, et la plupart des experts de la F1 s’entendaient à dire que l’affaire ne se ferait jamais. Mais il ne faut jamais dire jamais, car qui aurait prédit que Fernando Alonso retournerait un jour chez McLaren?

La naissance de la rumeur

La rumeur d’un prochain mariage entre Red Bull et Mercedes est devenue publique lors du Grand Prix de Grande-Bretagne début juillet. Interrogé à ce sujet, Niki Lauda avait platement nié l’affaire. Mais le samedi, Red Bull a posé une demande officielle de fourniture de moteurs pour 2016 dans une lettre adressée à Lauda. Cette demande ne concernait que Red Bull Racing, et pas Toro Rosso. L’écurie junior n’a donc jamais été impliquée dans les discussions.

En dépit de l’animosité qui règne entre les deux parties et les risques de motoriser un rival, Lauda est quand même intéressé. Il est un proche ami du Dr Helmut Marko, contre lequel il a couru durant les années 70.

Lauda accepte donc de discuter avec Red Bull à titre de représentant officiel de Dieter Zetsche, le grand patron de Mercedes. Début juillet, Lauda se rend à Salzbourg pour discuter avec Mateschitz. Mercedes est intrigué par la possibilité de s’associer avec le nom Red Bull qui plaît tant à la jeune génération, et qui représente un beau marché pour sa Classe-A. Lauda a donc demandé à Mateschitz de cesser de penser négativement à Mercedes et de partir sur de nouvelles bases.

Il m’a regardé durant un bon bout de temps, car, pour quelque raison, il n’aime pas Mercedes. C’est son opinion. Mais pour avoir une relation saine, il faut faire fi des émotions, sinon ça ne marchera jamais. Il m’a dit ‘Ok, je vais essayer'", raconte Lauda à Austin. “Puis nous avons discuté. Si nous lui fournissions un moteur, nous devions grandir ensemble. Nous le ferions afin d’attirer les jeunes amateurs de Red Bull à notre Classe-A. Je voulais que nous collaborions ensemble. Et c’est comme cela que la conversation s’est terminé”, ajoute Lauda.

Mateschitz désirait obtenir une entente de fourniture de moteurs d’une durée de cinq années, comme celle de Williams. Les deux parties ont aussi discuté du nom du moteur : Aston Martin ou conserver le nom de Mercedes.

Mateschitz désirait aussi que les contrats de marketing soient indépendants de celui des moteurs, comme c’est actuellement le cas, car Red Bull Racing possède un contrat avec Renault, et un autre, bien distinct, avec Infiniti, même si les deux entités sont liées de certaines façons.

Selon Mateschitz, c’était une affaire conclue avec Lauda. On était au tout début des contacts, et l’affaire allait se concrétiser. Toutefois, Lauda affirme plutôt que rien n’a été conclu à ce moment. Alors, qui croire? “Je ne lui jamais serré la main, c’est complètement faux. Puis, il ne jamais recontacté, ni lui, ni personne. Les discussions n’ont jamais réellement commencé. Et tout cela est mort par la suite”, raconte Lauda à Austin.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités
Tags lauda, mercedes, moteurs, red bull