Formule 1
02 juil.
-
05 juil.
Qualifs dans
01 Heures
:
04 Minutes
:
25 Secondes
C
GP de Styrie
09 juil.
-
12 juil.
EL1 dans
5 jours
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
12 jours
C
GP du 70e Anniversaire
06 août
-
09 août
EL1 dans
33 jours
13 août
-
16 août
EL1 dans
40 jours
27 août
-
30 août
EL1 dans
54 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
61 jours

Les talents de demain : Mathéo Tuscher

partages
commentaires
Les talents de demain : Mathéo Tuscher
8 déc. 2012 à 18:30

Mathéo Tuscher ne joue pas encore dans la même cour que les Felipe Nasr, James Calado ou Rio Haryanto

Mathéo Tuscher ne joue pas encore dans la même cour que les Felipe Nasr, James Calado ou Rio Haryanto. Ce n’est pas qu’il est moins talentueux, mais bien plus jeune. A seulement 15 ans et avec deux ans d’expérience en monoplace, il a gagné un titre et a concédé l’autre pour, tout de même, terminer vice-champion.

Un Franco-Suisse en partance en Chine

Mathéo Tuscher n’a que 14 ans et déjà un solide bagage en karting (vainqueur du championnat KF3 de Suisse en 2009), quand il souhaite se tourner vers la monoplace. Trop jeune, il doit user d’astuces : participer à la Formula Pilota China (une variante de la Formule Abarth) en 2011, « pour apprendre », et courir sous une licence tchèque, qui ne voit pas d’inconvénient à son talent précoce. L’apprentissage s’est terminé en un succès : le titre pour sa première année en remportant les 2/3 des courses.

Retour vers l’Europe

Prochaine étape, la Formule 2. La discipline est très prisée des Suisses, qui voient la discipline sous son caractère historique – à leur échelle, celle de Clay Regazzoni et Marc Surer. Face à des gros bras plutôt expérimentés et bien décidés à ne pas lui faire de cadeau (Mihai Marinescu, Christopher Zanella), c’est lui et le Britannique Luciano Bacheta qui luttent pour le titre, Tuscher maintenant avec manière le suspense jusqu’à la dernière course, malgré le début de saison explosif de son adversaire (4 victoires en 4 courses).

Dès le début de saison, il prend toutefois de surprise ses adversaires en signant la première pole de l’année à Silverstone. S’il ne s’impose pas, son rythme épate, tout comme son double-podium à Portimao dans la foulée, repartant avec une nouvelle pole et son premier meilleur tour en poche. La première victoire arrivera au Castellet, avant une autre lors d’une course haletante sur le temple de la vitesse, Monza. Là où il devait s’imposer pour conserver ses espoirs de titre, le Suisse luttera avec quatre autres pilotes pendant près de dix tours avant de passer en tête et s’imposer. Le début de saison dominateur de Bacheta ne lui permettra pas de remporter un second titre, mais l’étau s’était resserré course après course. L’avenir Le jeune Tuscher ne manque pas de soutien, et son entourage contribue à sa réussite. Le statut de vice-champion de Formule 2 permet aux pilotes de tester en GP2, ce à quoi Ramon Piñeiro a pu goûter il y a peu, et ce à quoi, sans aucun doute, le Suisse pensera à l’avenir. Un test en Formule Renault 3.5 chez Pons le place sur la liste des prétendants en lice pour côtoyer Zoel Amberg. Sur cette même liste, un certain Bacheta est également présent. Pour l’heure, 3.5 ou non, laissons-le gravir les échelons et profitons de la possible future éclosion d’un nouveau talent.
Article suivant
Bilan de la saison : Nico Hülkenberg

Article précédent

Bilan de la saison : Nico Hülkenberg

Article suivant

Bilan de la saison : Vitaly Petrov

Bilan de la saison : Vitaly Petrov
Charger les commentaires