L'histoire derrière la photo du contact Alonso/Massa

partages
commentaires
L'histoire derrière la photo du contact Alonso/Massa
Charles Bradley
Par : Charles Bradley
Traduit par: Benjamin Vinel
27 oct. 2016 à 09:18

Le dépassement au chausse-pied de Fernando Alonso sur Felipe Massa dans les derniers tours du Grand Prix des États-Unis n'a pas été apprécié par le Brésilien, mais les commissaires n'ont rien trouvé à y redire.

Voici ce qu'en pensent les personnalités impliquées, ainsi que le photographe José Mário Dias, qui a capturé ce moment polémique à la perfection...

Le pilote : Felipe Massa

"Si l’on regarde la vidéo d’en haut, son dépassement semble incroyable. Mais il venait de très loin, il n’a tout simplement pas freiné, je prenais le virage. Si je n’avais pas été là, il aurait tiré tout droit.

Même en me heurtant, il est sorti de la piste. Je n’ai même pas essayé de fermer la porte, il était si loin derrière, il n’était pas proche. Assurément, je crois qu’il a de très bons amis parmi les commissaires, pour être honnête."

L'autre pilote : Fernando Alonso

"Pour dépasser la Williams, il fallait la dépasser dans un endroit différent, fou, comme un virage lent, serré, un peu au chausse-pied. C'était dur, mais j'espère que les fans ont aimé.

Je pense que j'étais à côté de lui. Ce n'est pas comme si j'arrivais de derrière en faisant quelque chose de fou. J'étais déjà à côté de lui, et il n'avait pas la place de tourner vers l'intérieur. J'ai essayé de passer à l'intérieur de façon très agressive, et malheureusement, nous nous sommes touchés, mais les deux voitures ont continué."

Le dirigeant : Pat Symonds (Williams)

"La FIA a déterminé que c’était un incident de course, mais je ne suis pas d’accord. On parle seulement de l’incident, et pas de la conséquence. La conséquence ne fait pas partie du jugement. Le pilote et les team managers ont donné leur sentiment, et c’est ensuite aux commissaires de décider. Ils ont décidé que c’était un incident de course.

Je pense qu’Alonso a freiné trop tard. Même quand il a heurté Felipe, il a quitté la piste. En utilisant Felipe comme un frein, il a quand même quitté la piste."

Le photographe : José Mário Dias (@josemariodias)

"J'étais au virage 14 et je photographiais l'arrière des voitures. J'étais concentré sur les détails, donc j'utilisais un un objectif long (Nikon 500 mm) avec un appareil D4 (ISO 200, f7.1, 1/1000 sec).

C'était la fin de la course, donc il n'y avait pas beaucoup de photographes : ils étaient tous partis au podium. Je voulais prendre des photos que je n'avais pas eu l'opportunité de prendre plus tôt. Quand j'ai vu Massa et Alonso se rapprocher, j'ai pensé qu'il y avait de bonnes chances de dépassement, mais je ne me doutais pas qu'ils allaient se toucher.

J'étais content de capturer ce moment, mais j'étais un peu inquiet pour Massa : je suis brésilien, donc je le soutiens !

Je pense qu'il faut bien comprendre tout sport où l'on prend des photos. Je n'en prends qu'en sports mécaniques, pour savoir attendre le bon moment. Quand j'ai vu que les deux voitures étaient proches, j'ai attendu le moment du dépassement. Le fait qu'elles se soient touchés, c'était de la chance.

Je suis photographe freelance, et je suis basé aux États-Unis. Je travaille avec Nelson Piquet Jr en Formule E, avec l'écurie Action Express en IMSA et je couvre également des événements pour le magazine brésilien CAR, pour lequel j'étais présent à Austin.

Je pense que de telles photos marquent l'Histoire. Elles racontent un moment. Dans des années, quand quelqu'un parlera de cette course, se rappellera le dépassement d'Alonso sur Massa, ce sera la photo qui illustrera cette histoire."

Pour en savoir plus sur le travail de José, cliquez ici.

 

Nuances de Grey - Photo d'art F1 par James Moy
Nuances de Grey - Photo d'art F1 par James Moy
Article suivant
N'oubliez pas, on change d'heure ce week-end !

Article précédent

N'oubliez pas, on change d'heure ce week-end !

Article suivant

Chronique Massa - Pourquoi le GP des États-Unis m'a laissé un goût amer

Chronique Massa - Pourquoi le GP des États-Unis m'a laissé un goût amer
Charger les commentaires