Liberty Media va dévoiler le plan pour l'avenir de la F1 à Bahreïn

Les dirigeants de la Formule 1 s'apprêtent à dévoiler les détails complets de leur plan pour le futur de la discipline lors d'une présentation aux écuries et aux motoristes lors du week-end du Grand Prix de Bahreïn.

La nouvelle réglementation moteur pour 2021 est vue comme la clé des plans de Liberty, aux côtés des décisions pour régler la question des coûts et la restriction des dépenses.

Les grandes lignes du format moteur ont été présentées l'an passé, avec l'absence du MGU-H (le récupérateur de l'énergie issue des gaz d'échappement), ainsi que le passage à des pièces standardisées et à des domaines de développement limités. Cette philosophie n'a pas été bien accueillie par Ferrari et Mercedes, créant alors des tensions entre les deux équipes de pointe et le nouveau management du championnat, ainsi qu'une menace de départ.

Les propositions moteur ont depuis été affinées et elles sont vues comme une avancée cruciale pour pouvoir faire rester tout le monde dans la discipline.

On ne sait pas si Liberty va également se servir de cette présentation pour révéler ses projets concernant les arrangements commerciaux pour 2021. Les accords bilatéraux actuels arriveront à leur terme fin 2020, et aucune écurie n'est engagée en F1 au-delà de cette date.

"Je pense qu'il est important d'avoir une vue d'ensemble de la direction prise par la discipline pour l'avenir", a déclaré Christian Horner, le directeur de Red Bull Racing, à Motorsport.com. "Je pense que tout le monde a envie de comprendre les plans de Liberty, et nous espérons voir cela dans les semaines à venir."

"On m'a dit que nous aurions les détails à Bahreïn", a indiqué Helmut Marko. "Nous allons attendre de voir ce qui arrive. Voyons cela, mais je ne vois pas le MGU-H être maintenu. Nous sommes d'accords et nous sommes sûrs qu'il doit y avoir un changement au niveau du règlement technique, et également sur le plan des coûts."

"Il faut une réduction. Quelle que soit la manière, ça n'a pas d'importance, mais il faut une réduction. Regardez nos voisins [Force India]. Aucune équipe ne gagne de l'argent, ce n'est pas un business model solide et sain."

La directrice adjointe de Williams, Claire Williams, a affirmé qu'il était positif que Liberty ait pris son temps et ait effectué des recherches pour mettre en place son projet.

"Ils ont hérité d'une discipline assez compliquée, comme nous le savons tous", a-t-elle expliqué pour Motorsport.com. "Et il y a probablement beaucoup de choses à dénouer. En prenant leur temps, ils vont probablement prendre les bonnes décisions en faisant de cet endroit ce qu'il doit être, et c'est une discipline pour le futur que les fans veulent regarder le dimanche après-midi."

"Je pense que ça va dans la bonne direction. Nous avons une réunion importante en avril où ils vont parler un peu plus de leurs plans pour l'avenir du championnat, donc nous allons attendre jusque-là."

Bob Fernley, directeur adjoint de Force India, appuie sur le fait qu'il est important que tout soit en place avant la négociation des accords commerciaux. "La clé est qu'ils doivent désormais commencer à montrer des choses", a-t-il lancé pour Motorsport.com. "Nous avons eu cette belle période de préparation, il faut désormais passer ce cap."

"L'année va être importante pour eux. Il est important que les règles moteur soient clairement établies en 2018, parce que les motoristes vont avoir besoin de ce délai pour pouvoir se pencher dessus. Je pense que l'on peut attendre jusqu'en 2019 pour pouvoir confirmer les règles châssis et tout le reste, parce que sur ce point de nouveau il faut une année pour l'implémenter. Et ça laisse au moins un an ou plus pour discuter de l'aspect commercial."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités
Tags christian horner, claire williams, helmut marko, liberty media, moteur, robert fernley, réglement