Souvenez-vous !

Livrées - Quand les écuries de F1 nous enfumaient !

Dans les années 1990, et jusqu'à la disparition actée du sponsoring des cigarettiers fin 2006, les écuries ont régulièrement rusé pour contourner les lois anti-tabac.

C'est essentiellement en France, suite à l'entrée en vigueur de la Loi Evin au début des années 90, que les équipes ont dû commencer à masquer le nom et le logo des cigarettiers quand elles étaient sponsorisées par une marque de tabac. Au fil des années, la tendance s'est élargie à d'autres Grands Prix, au gré des lois anti-tabac, par exemple en Grande-Bretagne ou en Belgique.

Voici quelques-unes des livrées les plus marquantes de l'Histoire, qui ont vu le jour en raison des interdictions publicitaires sur le tabac. 

Alain Prost, Williams FW15C Renault

Alain Prost, Williams FW15C Renault
1/39

Grand Prix de France 1993 : le logo de l'écurie Williams remplace Camel sur le capot moteur.

Photo de: LAT Images

Nigel Mansell, Williams FW16 Renault

Nigel Mansell, Williams FW16 Renault
2/39

Grand Prix de France 1994 : Toujours chez Williams, c'est cette fois-ci Rothmans qui ne peut pas s'afficher. Mais les couleurs de la marque sont présentes sans écriture, notamment sur l'aileron arrière.

Photo de: LAT Images

Damon Hill, Williams FW17 Renault

Damon Hill, Williams FW17 Renault
3/39

Grand Prix de France 1995 : L'année suivante, il en va de même, avec des rectangles qui remplacent également les lettres de Rothmans sur les flancs des Williams.

Photo de: LAT Images

Eddie Irvine, Ferrari F310

Eddie Irvine, Ferrari F310
4/39

Grand Prix de France 1996 : Chez Ferrari, après avoir utilisé un procédé semblable à Williams l'année précédente, Marlboro se laisse deviner à travers une charte graphique sans écriture.

Photo de: LAT Images

Jacques Villeneuve, Williams FW18 Renault

Jacques Villeneuve, Williams FW18 Renault
5/39

Grand Prix de France 1996 : Williams conserve le procédé utilisé auparavant avec Rothmans.

Photo de: LAT Images

Mika Hakkinen, McLaren MP4/11 Mercedes

Mika Hakkinen, McLaren MP4/11 Mercedes
6/39

Grand Prix de France 1996 : Marlboro applique la même recette chez McLaren que chez Ferrari.

Photo de: LAT Images

Michael Schumacher, Ferrari F310B

Michael Schumacher, Ferrari F310B
7/39

Grand Prix de France 1997 : Ferrari continue de se priver de Marlboro en France, mais toujours en évoquant ostensiblement la marque sur son capot moteur.

Photo de: LAT Images

Michael Schumacher, Ferrari F310B

Michael Schumacher, Ferrari F310B
8/39

Grand Prix de France 1997 : C'est également le cas au niveau de l'aileron arrière des monoplaces de Maranello.

Photo de: LAT Images

Jacques Villeneuve, Williams FW19 Renault

Jacques Villeneuve, Williams FW19 Renault
9/39

Grand Prix de France 1997 : Changement de méthode chez Williams, en revanche, où débute la mode des points d'interrogation.

Photo de: LAT Images

Jacques Villeneuve, Williams FW19 Renault

Jacques Villeneuve, Williams FW19 Renault
10/39

Grand Prix de France 1997 : Le procédé s'applique aussi bien à l'aileron arrière qu'aux pontons.

Photo de: LAT Images

Mika Häkkinen, McLaren

Mika Häkkinen, McLaren
11/39

Grand Prix de France 1998 : McLaren fait en revanche le choix de la sobriété, en supprimant purement et simplement le logo West de ses pontons.

Photo de: LAT Images

David Coulthard, McLaren

David Coulthard, McLaren
12/39

Grand Prix de France 1999 : Un an plus tard, l'écurie britannique personnalise en utilisant la charte graphique de West, mais en écrivant le nom de ses pilotes.

Photo de: LAT Images

Mika Häkkinen, McLaren

Mika Häkkinen, McLaren
13/39

Grand Prix de France 1999 : David Coulthard et Mika Häkkinen sont bien entendu logés à la même enseigne.

Photo de: LAT Images

Damon Hill, Jordan

Damon Hill, Jordan
14/39

Grand Prix de France 1999 : Du côté de Jordan, la marque Benson & Hedges laisse provisoirement sa place à un étonnant Buzzin Hornets

Photo de: LAT Images

Ricardo Zonta et Jacques Villeneuve, BAR 01-Supertec

Ricardo Zonta et Jacques Villeneuve, BAR 01-Supertec
15/39

Grand Prix de Belgique 1999 : À Spa, les BAR bicolores, avec deux cigarettiers pour sponsor, modifient la présence de 555 d'un côté et de Lucky Strike de l'autre.

Photo de: LAT Images

Jacques Villeneuve, BAR Honda

Jacques Villeneuve, BAR Honda
16/39

Grand Prix de France 2000 : Le logo circulaire de Lucky Strike est bien présent chez BAR, mais sans inscription à l'intérieur.

Photo de: LAT Images

Michael Schumacher, Ferrari

Michael Schumacher, Ferrari
17/39

Grand Prix de Grande-Bretagne 2000 : Ferrari fait dans le classique pour masquer son partenariat avec Marlboro.

Photo de: LAT Images

Jean Alesi, Prost

Jean Alesi, Prost
18/39

Grand Prix de France 2000 : Le procédé est strictement le même chez Prost, sponsorisé par Gauloises.

Photo de: LAT Images

Heinz-Harald Frentzen, Jordan

Heinz-Harald Frentzen, Jordan
19/39

Grand Prix de Grande-Bretagne 2000 : Cette année-là, notamment à Silverstone, Jordan continue sur sa lancée avec Buzzin Hornets à la place de Benson & Hedges.

Photo de: LAT Images

David Coulthard, McLaren

David Coulthard, McLaren
20/39

Grand Prix de Grande-Bretagne 2000 : Chez McLaren, West laisse sa place à David et Mika quand il le faut, comme l'année précédente.

Photo de: LAT Images

Mika Hakkinen, McLaren Mercedes MP4/16

Mika Hakkinen, McLaren Mercedes MP4/16
21/39

Grand Prix de Grande-Bretagne 2001 : La recette ne changera pas non plus en 2001.

Photo de: LAT Images

Olivier Panis, BAR

Olivier Panis, BAR
22/39

Grand Prix de Grande-Bretagne 2001 : Chez BAR, Lucky Strike modifie ses logos, et cède son nom de baptême pour une mention "Look Alike" qui fait son effet !

Photo de: LAT Images

Jarno Trulli, Jordan

Jarno Trulli, Jordan
23/39

Grand Prix de Grande-Bretagne 2001 : En revanche, Jordan innove pour masquer Benson & Hedges, qui devient alors Bitten Heroes.

Photo de: LAT Images

Jacques Villeneuve, BAR Honda

Jacques Villeneuve, BAR Honda
24/39

Grand Prix de France 2001 : BAR, toujours avec Lucky Strike et 555, modifie les logos des marques.

Photo de: LAT Images

Rubens Barrichello, Ferrari

Rubens Barrichello, Ferrari
25/39

Grand Prix de France 2001 : Ferrari continue de la jouer classique pour supplanter Marlboro, sur une monoplace d'un rouge presque immaculé !

Photo de: LAT Images

Olivier Panis, BAR

Olivier Panis, BAR
26/39

Grand Prix de France 2002 : En 2002, BAR ne change rien pour masquer le sponsoring de Lucky Strike.

Photo de: LAT Images

Takuma Sato, Jordan

Takuma Sato, Jordan
27/39

Grand Prix de France 2002 : Jordan change encore, et supprime uniquement certaines lettres de Benson & Hedges pour adresser le message "Be on edge".

Photo de: LAT Images

Michael Schumacher, Ferrari

Michael Schumacher, Ferrari
28/39

Grand Prix de France 2002 : Ferrari, comme d'habitude sans Marlboro !

Photo de: LAT Images

Kimi Räikkönen, McLaren

Kimi Räikkönen, McLaren
29/39

Grand Prix de France 2002 : Chez McLaren, c'est au tour de Räikkönen de voir son nom affiché à la place de West.

Photo de: LAT Images

Jenson Button, Renault R202, avec Jarno Trulli

Jenson Button,  Renault R202, avec Jarno Trulli
30/39

Grand Prix de France 2002 : Pour son retour en F1, Renault retrouve Mild Seven mais passe en mode "Blue World" à Magny-Cours.

Photo de: LAT Images

Michael Schumacher, Ferrari

Michael Schumacher, Ferrari
31/39

Grand Prix de France 2003 : Ferrari laisse le blanc de Marlboro sur son capot moteur.

Photo de: LAT Images

Jarno Trulli, Renault R23

Jarno Trulli, Renault R23
32/39

Grand Prix de France 2003 : Renault la joue plus sobre que l'année précédente en supprimant simplement les logos Mild Seven de sa livrée.

Photo de: LAT Images

Jenson Button, BAR

Jenson Button, BAR
33/39

Grand Prix de France 2004 : Du côté de BAR, toujours sponsorisé par Lucky Strike, la mode est au code-barres en 2004 !

Photo de: LAT Images

Giorgio Pantano, Jordan

Giorgio Pantano, Jordan
34/39

Grand Prix de France 2004 : Jordan continue son effaçage de lettres sur l'aileron arrière pour faire apparaître "Be on edge" à la place de Benson & Hedges.

Photo de: LAT Images

Jarno Trulli, Renault

Jarno Trulli, Renault
35/39

Grand Prix de France 2004 : Renault opte pour la méthode McLaren, et remplace Mild Seven par le nom de ses pilotes.

Photo de: LAT Images

Michael Schumacher, Ferrari F2005

Michael Schumacher, Ferrari F2005
36/39

Grand Prix de France 2005 : Sur les dernières années de présence ostensible de Marlboro, Ferrari modifie quelque peu la manière d'altérer les logos, notamment sur le capot moteur.

Photo de: LAT Images

Fernando Alonso, Renault

Fernando Alonso, Renault
37/39

Grand Prix de France 2005 : Le changement de décoration est plus visible encore chez Renault, où l'on se fait plaisir en l'absence de Mild Seven !

Photo de: LAT Images

Rubens Barrichello, BAR

Rubens Barrichello, BAR
38/39

Grand Prix de France 2006 : Après la mode du code-BAR (!), Lucky Strike retrouve la forme circulaire de son logo en mode défragmenté en 2006.

Photo de: LAT Images

Fernando Alonso, Renault

Fernando Alonso, Renault
39/39

Grand Prix de France 2006 : Renault lance en revanche une série de livrées avec des créatures sur les GP où Mild Seven ne peut pas apparaître.

Photo de: LAT Images
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Diaporama
Topic Souvenez-vous !