Loin du fiasco des qualifs, la clé du spectacle en 2016

Le pessimisme et la négativité sont souvent roi et reine dans le petit monde de la Formule 1.

Loin du fiasco des qualifs, la clé du spectacle en 2016

Nombreux en sont les responsables, que ce soient les médias chez qui "tout va mal" fait plus de clics que "tout va bien" ou les parties prenantes de la Formule 1 qui n'hésitent jamais à tirer à boulets rouges sur la catégorie reine du sport automobile, critiquant parfois de façon étonnante un sport qui représente leur gagne-pain.

Cette situation est illustrée à merveille par la prouesse technologique que représentent les moteurs V6 turbo hybrides utilisés depuis 2014. Les Formule 1 ont retrouvé leur rapidité d'il y a une dizaine d'années en utilisant largement moins de carburant, avec un débit notamment limité à 100 kg/h. Cependant, aucune campagne de communication positive n'a été menée à ce sujet, même par la FIA. Bernie Ecclestone, en revanche, n'a jamais caché qu'il abhorrait ces unités de puissance.

Or, voilà un mois et demi que le format des qualifications fait les gros titres. C'est compréhensible, vu que le Groupe Stratégique et la Commission F1 ne cessent de faire un pas en avant, puis deux pas en arrière. Cependant, certaines décisions prises pour 2016 ont grandement amélioré le spectacle tout en passant largement inaperçues. C'est le cas de la nouvelle réglementation des pneumatiques.

Plus de liberté

Il est vrai que certains ont haussé les sourcils lorsque cette nouvelle réglementation a été annoncée. Trois composés par weekend, deux trains réservés pour la course (possiblement du même composé) dont un seul doit alors être utilisé... Trop compliqué ?

Pourtant, ces nouvelles règles ont ouvert le champ des possibles. Déjà en termes de chrono : en général, Pirelli apporte les mêmes composés que la saison dernière avec un troisième composé plus tendre. Le gain en performance est évident.

À Bahreïn, chaussé de pneus supertendres, Lewis Hamilton a signé la pole position et le record du circuit en 1'29"493. C'est mieux que la pole position de Michael Schumacher en 2004 (1'30"139) ou encore que le meilleur temps de Mark Webber en EL3 en 2005 (1'29"527).

Certes, les conditions de piste ont joué leur rôle, avec des qualifications tenues de nuit et des températures par conséquent plus fraîches qu'il y a dix ans. Mais le niveau de performance des unités de puissance hybrides d'un côté, et le gain apporté par le composé le plus tendre de l'autre, ne doivent pas être sous-estimés, comme l'explique Marcin Budkowski, directeur sportif et technique F1 de la FIA.

"Le troisième composé disponible lors de chaque course est généralement plus tendre que les deux qui étaient disponibles en 2015", déclare Budkowski pour Motorsport.com. "Cela apporte plus d'adhérence, que ce soit en qualifications ou en course."

"L'effet sur les temps au tour est évidemment variable selon le composé, le tracé, les conditions, etc, mais c'est environ une seconde au tour en qualifications et six dixièmes au tour en conditions de course - gratuitement !"

 

Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 Team W07
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 Team W07

Photo de: XPB Images

Beaucoup à gagner...

Outre le gain en performance, la nouvelle réglementation des pneumatiques permet également une grande variété de stratégies, dès le choix des composés par les équipes pour chaque weekend de Grand Prix.

Sur les trois premiers événements de la saison, Manor Racing a toujours maintenu une approche conservatrice avec quatre trains de pneus medium pour chacun de ses pilotes à chaque Grand Prix. La petite équipe anglaise explique cette décision par le besoin d'engranger du kilométrage avec la MRT05 en essais libres ; c'est bien plus aisé avec les durables mediums qu'avec des supertendres à dégradation rapide.

Les choix de Mercedes et de Ferrari, quant à eux, n'ont jamais été identiques, Hamilton et Rosberg optant par exemple pour deux trains de mediums en moins et deux trains de tendres en plus à Bahreïn. Cette stratégie s'est avérée payante dans le Royaume du désert, où les mediums ont affiché un rythme décevant en course.

En Australie, au contraire, c'est ce même composé medium qui a permis à Mercedes de s'octroyer facilement la victoire après le drapeau rouge. Les essais libres, perturbés par la pluie, n'avaient laissé que peu de temps aux équipes pour tester ce type de pneu. Ferrari n'a pas voulu prendre le risque de chausser les mediums, dont la durée de vie et la dégradation restait incertaines, et a renvoyé ses pilotes en piste en supertendres.

Les Mercedes, quant à elles, connaissaient bien ce composé : la W07 Hybrid a fait quasiment l'intégralité des essais de Barcelone en pneus medium, et elle était très assidue en piste - 700 à 800 kilomètres par jour. Ainsi, à Melbourne, les mediums ont été choisis pour finir la course et les Mercedes n'ont pas eu besoin d'un seul arrêt au stand supplémentaire. Avec un bon rythme, elles ont signé un doublé qui, avant le drapeau rouge, semblait pouvoir leur échapper.

"Lors des deux premières courses, nous avons vu différentes équipes et même les pilotes d'une même équipe sur différentes stratégies, et les trois composés ont été utilisés", commente Budkowski.

"Cela a non seulement créé plus de différences dans les stratégies - d'où le nombre d'arrêts au stand - mais aussi plus de différences dans le rythme des voitures à différents stades de la course. Il est clair que le spectacle est meilleur."

 

Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 Team W07
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 Team W07

Photo de: XPB Images

... mais aussi à perdre !

Tandis que les stratégies pneumatiques ont permis à certains pilotes et certaines équipes de s'illustrer, comme Mercedes et Romain Grosjean à Melbourne, d'autres ont grandement souffert. C'est le cas de Williams Racing à Bahreïn.

Pourtant, tout avait bien commencé pour l'écurie de Sir Frank : l'accrochage au premier virage entre Lewis Hamilton et Valtteri Bottas a permis à ce dernier de prendre la troisième place, juste derrière son coéquipier Felipe Massa. Toutes deux placées dans le top 3, les Williams semblaient donc en mesure d'obtenir un bon résultat.

Cependant, l'écurie avait basé sa stratégie sur une utilisation des pneus mediums principalement. Or, ceux-ci se sont avérés moins performants qu'espéré, tandis que les gommes plus tendres ont subi moins de dégradation qu'on ne pouvait s'y attendre. Massa et Bottas se sont classés respectivement huitième et neuvième, le Finlandais ayant par ailleurs écopé d'un drive through pour l'incident du premier virage.

"Notre stratégie n'a vraiment pas marché", reconnaît Felipe Massa. "Nous avons fait deux arrêts contrairement à toutes les autres équipes. Le rythme de course en mediums était vraiment décevant par rapport à celui des autres voitures. Le premier relais, ça allait, en supertendres, mais après, non."

Que pense Budkowski de la course des Williams ? "Je ne suis pas stratège, donc je ne suis pas beaucoup plus qualifié que vous, à part dire qu'à en juger par le résultat final, ça aurait pu être mieux !" répond-il.

"Si je veux me risquer à une analyse, si je regarde les pneus disponibles avant la course, Williams n'avait pas de pneus tendres neufs disponibles et un seul train de pneus usés. L'équipe pouvait utiliser les mediums à la place, vu qu'ils avaient deux trains neufs, et parier sur une stratégie à deux arrêts. Mais Felipe a dit que les tendres n'étaient pas très usés, donc..."

"Il y avait beaucoup de stratégies quasiment équivalentes, du moins sur le papier. Plusieurs pilotes ont utilisé les mediums sur une stratégie à trois arrêts : Lewis a utilisé les mediums dans son deuxième relais et les a changés après 15 tours, alors que Nico a utilisé les tendres et les a gardés pour 17 tours, donc le rythme n'avait pas l'air assez bon sur les longs relais en mediums et la stratégie à trois arrêts était simplement meilleure."

"Plus on donne d'options aux équipes, plus il y a de chances que ce soit variable et qu'il y ait des erreurs."

 

Felipe Massa, Williams FW38 et Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-16 en lutte pour une position
Felipe Massa, Williams FW38 et Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-16 en lutte pour une position

Photo de: XPB Images

L'imprévisibilité va demeurer

Il est bien connu que les écuries de Formule 1 s'adaptent aux nouvelles réglementations avec une rapidité impressionnante. Même l'immense défi représenté par les moteurs V6 turbo hybrides introduits en 2014 est désormais parfaitement maîtrisé avec des unités de puissance à la fois fiables et très performantes.

On pourrait donc craindre de voir les stratégies perdre en diversité au fil du temps, mais Budkowski en doute. D'autant qu'il sait quels pneus les équipes ont choisis jusqu'au mois de juin...

"À l'heure actuelle, je connais les choix des pilotes jusqu'à Bakou", admet le Polonais. "Et je peux vous dire sans révéler de secrets qu'il reste des différences claires entre les équipes, et des différences occasionnelles entre les pilotes d'une même équipe."

"Certes, la plupart de ces choix ont dû être faits avant les premières courses et cela devrait commencer à converger, mais rien ne l'indique pour l'instant."

"Il y a des circuits où il y a très peu de stratégies compétitives, et où par conséquent, les choix de composés sont plus prévisibles. Mais il y en a d'autres, comme Bahreïn, où il y a beaucoup de stratégies qui offrent un temps de course très similaire, et par conséquent, plus d'options."

"En général, vous verrez qu'à partir de choix assez différents avant le weekend de GP, les équipes convergent vers une gamme de pneus très similaire pour la course. Mais à Bahreïn, il y a eu de nombreuses stratégies de course différentes !"

Souvent empêtrée dans les polémiques, la Formule 1 nous offre quand même un beau spectacle, comme ce fut le cas lors de ces deux premiers Grands Prix de la saison 2016. Ne manquons pas de le souligner.

Avec Kate Walker

 

Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11 et Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM09
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11 et Sergio Pérez, Sahara Force India F1 VJM09

Photo de: Red Bull Content Pool

partages
commentaires
Honda prêt à augmenter la puissance de son V6

Article précédent

Honda prêt à augmenter la puissance de son V6

Article suivant

Hülkenberg - Barrichello, mon coéquipier le plus fort

Hülkenberg - Barrichello, mon coéquipier le plus fort
Charger les commentaires
Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc Prime

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc

Ferrari a impressionné en signant la pole position à Monaco et à Bakou. Voici comment la Scuderia a redressé la barre après une saison 2020 difficile.

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Formule 1
17 juin 2021
Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021
Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré Prime

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Jean Alesi a immédiatement marqué la Formule 1 lors de ses débuts avec Tyrrell, mais sa décision de rejoindre Ferrari plutôt que Williams en 1991 était une erreur de jugement, dans une saison au cours de laquelle les luttes politiques internes ont miné le développement de la monoplace...

Formule 1
11 juin 2021