Lotus frustrée par l'interdiction de son système

Le mois dernier, il avait été révélé que Lotus travaillait sur un système de garde au sol contrôlée afin d'en tirer un avantage au freinage

Le mois dernier, il avait été révélé que Lotus travaillait sur un système de garde au sol contrôlée afin d'en tirer un avantage au freinage.

Dans la foulée, certaines équipes avaient annoncé qu'elles allaient se pencher sur le sujet. Mais l'idée avait tourné court après que la FIA ait finalement décidé d'interdire le procédé.

De l'aveu même d’Éric Boullier, cette décision a fortement contrarié l'équipe d'Enstone, même si elle ne devrait pas l'handicaper. Il s'agissait là d'un programme de développement pour la suite de la saison.

"Nous avons investi du temps et de l'argent, et nous avons toujours tenu la FIA informée de nos progrès. C'est frustrant, mais ça n'aura pas d'impact sur nos performances," a confié le team principal de Lotus à la Gazzetta dello Sport.

"Il a fallu beaucoup de temps pour mettre le système en place, quelques années en fait. Nous ne sommes pas stupides, nous avons donc fait vérifier nos progrès par la FIA à chaque étape. Nous avons cru que ce serait bénéfique, mais ce bénéfice n'aurait pas été si important," a ajouté le Français au micro de la télévision finlandaise MTV3.

Par ailleurs, le directeur technique James Allison a confirmé que le système, proche des mass dampers utilisés il y a quelques années, n'aurait pas été employé en course dès le début de la saison.

"Nous ne l'aurions pas utilisé sur la voiture dès le début. Pour nous, cela faisait partie d'un programme de développement," a-t-il précisé dans les colonnes du magazine allemand Auto Motor und Sport.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités