Lotus va travailler ses arrêts aux stands avant Shanghai

Si une course se gagne rarement dans l'allée des stands, elle peut facilement s'y perdre

Si une course se gagne rarement dans l'allée des stands, elle peut facilement s'y perdre. Si Lotus n'a pas souffert de problèmes majeurs lors de ses arrêts au cours des deux premiers Grands Prix, Paul Seaby, le manager de l'équipe de course, estime que ses hommes ont perdu le fil en Malaisie. Depuis l'interdiction de ravitailler en course à la fin de la saison 2009, les arrêts aux stands durent en moyenne trois secondes. Un temps éclair pour changer les quatre pneumatiques et où la moindre erreur peut se payer très cher. Jenson Button en a fait l'amère expérience en Malaisie lorsqu'il a perdu plus de 80 secondes suite à une erreur humaine alors qu'il se battait pour finir sur le podium. Avec des arrêts plus ou moins réussis en Malaisie, Lotus va redoubler d'effort à Enstone pour gagner du temps dans les stands et ce, pour le Grand Prix de Chine. "Inexplicablement, nous avons un peu perdu notre tempo lors du week-end en Malaisie", explique Seaby. "Le vendredi, les entraînements étaient aussi bons que d’habitude, mais à partir de samedi, nous avons eu du mal à tout coordonner. Le passage de piste mouillée à sèche, avec l’ajustement de l’aileron avant corollaire, ne nous a pas aidés, mais même en le prenant en compte, cela n’a pas été notre meilleur week-end." "Nous devons remettre un coup de collier, soumettre tout le monde à un gros entraînement à Enstone et travailler pour revenir à notre meilleur niveau. C’est comme pour une équipe de football, si nous sommes bons, nous méritons des félicitations, si nous ne le sommes pas, nous devons l’assumer en tant que groupe, travailler ensemble et ne plus commettre de fausse note."

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jenson Button
Type d'article Actualités