Avec Luca de Meo, Renault a un PDG "qui va changer la donne"

Nouveau grand patron du groupe Renault, Luca de Meo a rapidement marqué des points auprès de l'écurie de F1 du constructeur français.

Avec Luca de Meo, Renault a un PDG "qui va changer la donne"

Nouveau PDG du groupe Renault, Luca de Meo a pris ses fonctions au début du mois de juillet. La semaine dernière, l'Italien s'est rendu à Barcelone pour le Grand Prix d'Espagne, où il a pour la première fois rendu visite à l'écurie de F1 du constructeur français. Son passage a été fortement apprécié et a confirmé l'optimisme ambiant quant à sa nomination et sa stratégie sur le long terme en compétition automobile. Esteban Ocon ne cache pas qu'il était curieux de rencontrer le nouveau grand patron dans le paddock catalan. Le pilote français a eu confirmation d'un dirigeant impliqué, passionné et surtout connaisseur de l'endroit où il mettait les pieds.

"J'ai été très intéressé par Luca, il est passionné de sport automobile et de Formule 1", explique Ocon sur le site officiel de la F1. "Quand il est arrivé, il était très au courant de tout et connaissait la place et la responsabilité de chacun dans l'équipe. C'est formidable de collaborer avec des gens qui savent de quoi ils parlent, et on peut approfondir les sujets. Il a tenu un excellent discours devant l'équipe avant la course. C'était très motivant et ça a donné un coup de fouet à tout le monde."

"Dans son discours, il a fait référence au travail acharné et à la détermination des fantastiques mécaniciens qui ont réparé ma voiture en 110 minutes entre les EL3 et les qualifications. C'étaient deux heures folles. Lorsque j'ai heurté le mur, l'impact était supérieur à 15 g, c'est pourquoi j'ai dû me rendre au centre médical pour un contrôle de précaution. Quand je suis sorti de la voiture, j'ai pensé que c'était fini pour les qualifications. Mais les mécaniciens ont réussi à retourner la situation et nous n'avons pas manqué de roulage, c'était fantastique."

Il a une meilleure compréhension et connaissance de la F1, et c'est une bonne chose pour nous tous.

Cyril Abiteboul, directeur de l'écurie Renault

Les mots d'Ocon rejoignent en tous points ceux de Cyril Abiteboul, qui a insisté sur les mêmes qualités du nouvel homme fort placé à la tête du Losange. Un temps incertain, l'engagement de Renault en Formule 1 a été définitivement garanti pour les cinq prochaines années avec la signature des nouveaux Accords Concorde en milieu de semaine. Pour le directeur de l'écurie, l'arrivée de Luca de Meo va au-delà du bon signal envoyé, Abiteboul mettant l'accent sur sa compréhension de l'engagement en F1 et des objectifs à atteindre.

Lucas de Meo, PDG de Renault

Luca de Meo dans le paddock de Barcelone.

"L'excellente nouvelle, c'est qu'avec Luca de Meo nous avons un PDG qui est vraiment passionné et enthousiaste au sujet des voitures, du produit, des voitures de sport et de la compétition automobile", insiste Abiteboul. "C'est clairement quelque chose qui va changer la donne pour nous tous chez Renault, ainsi que pour moi-même."

"Il connaît l'objectif de l'équipe, il connaît sa situation. Il est là pour le long terme. Il comprend totalement ce qui est fait, les mesures prises, et aussi ce que nous faisons avec le niveau de ressources que nous avons. Je crois qu'il a une meilleure compréhension et connaissance de la F1, et c'est une bonne chose pour nous tous. Mais il a aussi des attentes claires, pas uniquement pour l'écurie mais aussi pour la manière dont elle jouera un rôle dans la stratégie à long terme de Renault, et je pense que c'est ce qui est le plus important."

partages
commentaires
Haas F1 préfère perdre les GP américains que de l'argent

Article précédent

Haas F1 préfère perdre les GP américains que de l'argent

Article suivant

Red Bull a "une grande confiance" en Albon malgré ses difficultés

Red Bull a "une grande confiance" en Albon malgré ses difficultés
Charger les commentaires
Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021