Les confidences de Di Montezemolo sur Schumacher

Président de Ferrari de 1991 à 2014, Luca di Montezemolo fut un acteur majeur des succès de la Scuderia pendant cette période et un témoin privilégié des exploits de Michael Schumacher de 1996 à 2006.

Les confidences de Di Montezemolo sur Schumacher

Pour autant, dans les colonnes de Quotidiano Nazionale, ce ne sont pas les cinq titres mondiaux et 72 victoires offertes à Maranello par le Baron Rouge qu'évoque Di Montezemolo, mais bien un aspect plus privé d'un pilote qui a fait débat comme nul autre, avec qui l'Italien confie avoir entretenu une "amitié personnelle".

Lire aussi :

"Je vais peut-être surprendre, mais la première chose à laquelle je pense au sujet de Schumi ne concerne pas le pilote, mais le père de famille", confie-t-il. "Son deuxième enfant, Mick, était né depuis peu et tous les Schumacher sont venus en vacances chez moi."

"C'était l'été, un temps à moustiques. Eh bien, tous les cinq minutes, Michael allait vérifier si le petit n'avait pas été piqué par les insectes ! Son attention maniaque me frappait. Avec Schumi, on se rendait compte que le plus petit détail était malgré tout essentiel. Mis à part son immense talent au volant, je crois qu'il a laissé une trace dans l'ADN de Ferrari."

Eddie Irvine, Nicola Larini, Luca Di Montezemolo et Michael Schumacher

Lorsque Michael Schumacher a rejoint la Scuderia en 1996, celle-ci restait sur une longue période de disette : pas de titre mondial depuis 1979. Schumacher a la réputation d'avoir bâti l'écurie autour de lui avec un niveau d'exigence rare, mais aussi de lui avoir donné une cohésion saluée par Di Montezemolo.

"Il était souvent à Maranello pour les tests, qui n'étaient pas limités à l'époque", poursuit le transalpin. "Étant donné qu'il allait tout le temps jouer au foot avec les mécaniciens et ensuite manger une pizza, il n'aimait pas montrer qu'il rentrait tard à l'hôtel. Il m'a donc demandé de pouvoir utiliser l'appartement qu'Enzo Ferrari avait fait construire près de la piste de Fiorano. Nous avons aussi fait installer une salle de gym parce qu'il était obsédé par l'efficacité physique. Nous lui avons donc arrangé un garage pour ses entraînements."

Lire aussi :

"Je lui faisais confiance, ainsi qu'à Jean Todt [directeur d'équipe], à l'écurie. Surtout, je voyais comment Michael favorisait la progression des jeunes ingénieurs, qui apprenaient de lui, qui prenaient exemple sur lui. Un homme d'équipe à 100%. Il a piloté pour Ferrari de 1996 à 2006. Vous ne trouverez pas une polémique concernant ses rapports avec l'entreprise. Schumi a toujours eu une belle dose d'émotivité, même s'il savait la contrôler – on aurait parfois dit qu'il était méridional."

Luca Di Montezemolo, président de Ferrari, avec les pilotes Rubens Barrichello et Michael Schumacher, au lancement de la F2005

Les moments où Schumacher a perdu le contrôle, s'ils étaient rares, ont toutefois bel et bien existé. Parmi les meilleurs exemples, l'on se remémore la lutte pour le titre mondial au Grand Prix d'Europe 1997, où le pilote Ferrari a accroché son rival Jacques Villeneuve (sans succès) et a ensuite été disqualifié du championnat, et l'accrochage avec le retardataire David Coulthard au Grand Prix de Belgique 1998, qui a mené à une altercation virulente dans les stands.

Lire aussi :

Di Montezemolo demeure toutefois persuadé que ces événements ne justifiaient pas les foudres qui se sont parfois abattues sur son pilote de la part des observateurs : "Il était toujours cohérent avec lui-même, même dans les moments de difficulté, qui n'ont pas manqué. Aujourd'hui, on se souvient à juste titre des victoires, mais il a eu besoin de cinq ans pour y parvenir."

"Pendant ce temps, il y a eu des défaites et des polémiques. Au moins par deux fois, en 1997 après la collision avec Villeneuve et en 1998 après l'accident avec Coulthard en Belgique, j'ai reçu une quantité d'invitations à le licencier ! Licencier Schumacher, vous comprenez ? On me disait qu'il ne savait pas contrôler ses émotions, vous pensez ! Imaginez si j'avais donné raison à ces prétendus journalistes d'opinion", conclut-il.

Jean Todt, Michael Schumacher, Rubens Barrichello, Luca Badoer et Luca di Montezemolo fêtent un nouveau titre mondial pour Ferrari

partages
commentaires
Sirotkin participera au Rookie Test en Formule E

Article précédent

Sirotkin participera au Rookie Test en Formule E

Article suivant

Pourquoi Toro Rosso n'a "plus besoin d'un directeur technique"

Pourquoi Toro Rosso n'a "plus besoin d'un directeur technique"
Charger les commentaires
Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1 Prime

Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1

Ses jours étant apparemment comptés, le MGU-H semble devoir être supprimé des futures règles moteur de la Formule 1, afin d'attirer de nouveaux constructeurs. Bien que cela puisse apparaître comme un changement de direction, les avantages pour les équipes et les fans pourraient faire de cette décision un choix judicieux.

Formule 1
24 sept. 2021
Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Formule 1
23 sept. 2021
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021