Magnussen : La chute de Haas, incomparable à McLaren ou Williams

Haas F1 Team a connu la saison la plus décevante de sa jeune histoire en 2019, mais pour Kevin Magnussen, cela n'a rien à voir avec les difficultés récemment rencontrées par deux des plus grandes écuries de l'Histoire de la Formule 1.

Magnussen : La chute de Haas, incomparable à McLaren ou Williams

Haas a signé son pire résultat l'an passé avec la neuvième place du championnat des constructeurs et seulement 28 points au compteur, malgré une VF-19 qui avait un certain potentiel : les évolutions apportées en cours de saison se sont avérées contre-productives et la gestion des pneus Pirelli n'a pas toujours été optimale en course.

Lire aussi :

Pilote Haas depuis trois ans, Kevin Magnussen est toutefois convaincu que son équipe, qui avait signé une remarquable cinquième place en 2018, peut surmonter cette déconvenue : "Les trois premières années, nous avons fait de grands pas en avant. Peut-être que ça n'avait pas l'air énorme, mais passer de la huitième place chez les constructeurs à la cinquième en trois ans, c'est très bien. Toro Rosso, par exemple, n'a jamais fini dans le top 5. Jamais. Ils ont gagné une course. Ils sont montés sur le podium quelques fois, et ils n'ont jamais fini dans le top 5. La troisième année [de Haas], top 5. C'est bougrement impressionnant. Et personne ne semble le remarquer."

"Globalement, cela a été un tel plaisir, vous savez, d'arriver dans une équipe qui était sur une pente ascendante et non descendante. C'est simplement une expérience bien plus positive – croître, sentir cette croissance, les améliorations, et l'enthousiasme que tout cela engendre. Puis cette année, nous avons fait un pas en arrière et c'est en quelque sorte le même sentiment, les gens commencent à douter d'eux-mêmes. Mais je pense qu'il n'y a pas de raison de douter."

Kevin Magnussen, Haas F1 sur la grille

"On peut difficilement s'attendre à ne faire que progresser tout le temps. Tant que nous évitons cette grande spirale négative dans laquelle sont certaines grandes équipes comme McLaren et Williams, qui ont complètement perdu le contrôle et ont reculé pendant de nombreuses années – je ne pense pas que cela va se produire ici. Et c'est l'un des avantages d'être une écurie si petite et si jeune. Nous pensons pouvoir renverser la situation plus vite et nous remettre sur le droit chemin. Je suis très confiant quant à notre capacité à le faire."

Lire aussi :

McLaren a récemment signé son premier podium depuis le tout premier Grand Prix de Magnussen en Formule 1, l'Australie 2014, où il était monté sur la deuxième marche du podium. Entre-temps, l'écurie de Woking a connu des années difficiles, notamment lors de son partenariat avec Honda, mais a pris la quatrième place du championnat 2019. Quant à Williams, qui n'a pas remporté le moindre titre mondial depuis 1997, le team languit en fond de grille depuis deux saisons désormais et n'a marqué que quatre points sur les 38 derniers Grands Prix en date.

Chez Haas, voilà trois ans que Magnussen fait équipe avec Romain Grosjean. Dix-huitième l'an passé, ce dernier a connu le pire classement de sa carrière pour une saison complète en Formule 1 et souhaite que chacun de ses collègues se remette en question, tout comme lui.

"Nous devons tous être honnêtes avec nous-mêmes et dire : 'Voyons voir, que pouvons-nous faire mieux ? Où pouvons-nous progresser ? Quel domaine n'était pas optimal – les pilotes, les ingénieurs, le management, la communication, la cuisine ? Chaque membre de l'équipe doit se regarder en face et voir ce que nous pouvons mieux faire. Si nous faisons tous ça, nous pouvons progresser. Nous avons énormément appris cette année, nous avons beaucoup plus de données, de manières de voir les choses, et je pense que cela va être positif", conclut Grosjean.

partages
commentaires
Russell n'attend pas de compliments de la part de Mercedes

Article précédent

Russell n'attend pas de compliments de la part de Mercedes

Article suivant

Hamilton n'a aucun intérêt à aller chez Ferrari, selon Coulthard

Hamilton n'a aucun intérêt à aller chez Ferrari, selon Coulthard
Charger les commentaires
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021