Formule 1
29 août
-
01 sept.
Événement terminé
05 sept.
-
08 sept.
Événement terminé
19 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
EL1 dans
4 jours
14 nov.
-
17 nov.
EL1 dans
25 jours
C
GP d'Abu Dhabi
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
38 jours

Magnussen : Les commissaires avaient "la gâchette facile" à Sotchi

partages
commentaires
Magnussen : Les commissaires avaient "la gâchette facile" à Sotchi
Par :
10 oct. 2019 à 06:45

Kevin Magnussen a précisé les raisons pour lesquelles il n'avait pas accepté la pénalité infligée par les commissaires lors du Grand Prix de Russie.

À son arrivée dans le paddock de Suzuka, Kevin Magnussen est revenu sur l'épisode de Sotchi et sur la sanction qui lui a été infligée. Dans sa lutte avec Sergio Pérez, le Danois avait écopé de cinq secondes de pénalité pour ne pas avoir respecté les consignes de retour en piste au virage 2. Un virage qu'il avait court-circuité, mais en partie seulement, avant de faire de son mieux pour reprendre son chemin. Les commissaires n'avaient toutefois fait preuve d'aucune mansuétude, infligeant une sanction faisant passer le pilote Haas de la huitième à la neuvième position finale, et provoquant par ailleurs une colère vive de Günther Steiner, le directeur de l'écurie américaine. 

Lire aussi :

Invité à donner des précisions sur l'incident, Magnussen a insisté sur le manque de clarté des consignes données aux pilotes, ainsi que sur l'absence de discernement des commissaires dans son cas spécifique. Il a insisté sur un point : ces consignes avaient été données en cas de passage complètement à gauche des vibreurs jonchant le sol, hors le pilote avait escaladé l'un d'entre eux. Pour ce scénario, aucune instruction claire n'avait été communiquée en amont. 

"Ce n'est pas comme si ça ruinait ma vie. Mais... On nous a dit quelque chose, et je n'ai pas fait ce qui était catégorisé comme pouvant être pénalisé", insiste Magnussen, qui reste perplexe sur la question. "Ils ont dit que si l'on allait complètement à gauche du premier élément, alors il fallait suivre les quilles pour ne pas être pénalisé, mais je suis passé dessus. Ce qu'il faut faire dans ce cas n'est pas écrit. J'ai essayé d'aller les prendre [les quilles], j'ai perdu beaucoup de temps. Je pense que c'est une erreur, et qu'ils savent que c'en est une."

"Nous avions reçu cette consigne avant la course. Ils l'ont changée plusieurs fois. Je l'ai reçue sur mon téléphone et ils disaient que si l'on passait complètement [à gauche du vibreur]... mais au moment où ça s'est produit, je n'étais même pas... je ne suis pas passé à gauche. J'ai raté mon freinage et je suis passé sur le vibreur au milieu du virage, alors comment faire ? J'allais très vite donc je suis sorti, mais j'avais déjà pris beaucoup d'angle donc j'en ai pris une [quille]. Je ne sais pas ce que j'étais supposé faire."

"J'ai dit que j'avais essayé mais que je ne pouvais pas. Ce sont eux qui font les règles, et ils auraient dû analyser ce qu'ils nous ont dit... à savoir que si l'on passe complètement et précisément à gauche du premier élément orange, il faut prendre les deux [quilles]. Ce que je n'ai pas fait. Alors combien fallait-il que j'en prenne ? J'ai fait de mon mieux, ce n'est pas comme si j'avais gardé le pied sur l'accélérateur et que je n'avais pas perdu de temps. J'ai eu l'impression qu'ils avaient la gâchette facile."

Interrogé sur la solution pour éviter un tel imbroglio à l'avenir, Magnussen fait une réponse concise : "Des murs ou du gravier...". Et ce n'est pas la tendance qui va vers l'utilisation de capteurs électroniques pour contrôler le respect de certaines limites de piste qui semble le convaincre : "Je ne sais pas... c'est assez ennuyeux, non ?"

Dans cette mésaventure, son seul regret est de ne pas avoir anticipé sa propre erreur, ce qui lui aurait permis d'abandonner prématurément son freinage. "J'aurais dû aller totalement à l'extérieur", concède Magnussen. "J'ai essayé et j'ai réalisé que je n'allais pas prendre le virage, mais trop tard pour le manquer totalement. Ce sont aussi des humains, ils font parfois des erreurs et c'en était une, mais tout va bien, pas d'inquiétude."

Article suivant
Verstappen a testé la première Honda victorieuse en F1

Article précédent

Verstappen a testé la première Honda victorieuse en F1

Article suivant

Vettel et Leclerc ont reparlé "plus d'une fois" de Sotchi

Vettel et Leclerc ont reparlé "plus d'une fois" de Sotchi
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Kevin Magnussen
Équipes Haas F1 Team
Auteur Basile Davoine