Magnussen : "On ne se laisse pas rouiller à ce point"

S'appuyant sur son expérience de 2015, Kevin Magnussen ne redoute pas l'incidence physique de cette longue période sans roulage pour les pilotes.

Magnussen : "On ne se laisse pas rouiller à ce point"

Quelques semaines après avoir limé le bitume de Barcelone lors des traditionnels essais hivernaux, les pilotes de F1 se sont retrouvés à l'arrêt forcé en raison de la crise du coronavirus. La tendance actuelle veut que la saison s'ouvre au mois de juillet, soit après quatre mois complets sans le moindre roulage. Si le confinement a permis à certains de travailler leur physique plus qu'à l'accoutumée, l'accumulation des tours manque au compteur avec cette trêve plus longue qu'une intersaison et à laquelle les pilotes ne sont pas habitués.

Lire aussi :

Certains comme Antonio Giovinazzi, Romain Grosjean ou Carlos Sainz estiment que les premiers tours de roue provoqueront leur lot de souffrances, notamment pour le cou. Néanmoins, l'avis n'est pas unanimement partagé et Kevin Magnussen en prend le contre-pied, lui qui a déjà vécu pareille expérience. "Ça ne m'effraie pas, je dirais même que c'est excitant, d'une certaine manière", explique le pilote Haas au micro de Sky Sports. "Nous sommes à l'arrêt depuis longtemps maintenant. Mais je sais que l'on n'oublie jamais vraiment [comment piloter]. On ne se laisse pas rouiller à ce point. On peut l'être un peu, mais pas tant que ça."

Débutant en Formule 1 en 2014, Magnussen a connu les affres de l'année sans volant lorsque McLaren ne l'a pas conservé pour la saison suivante. Il a ensuite fait son retour chez Renault en 2016, après n'avoir pu réaliser que deux roulages dans d'autres catégories lors des douze mois précédents. "J'ai connu une saison complète hors d'une voiture de course en 2015, et c'était réellement en dehors de toute voiture de course", insiste-t-il. J'ai fait deux journées d'essais, une en DTM et une en LMP1, mais rien en Formule 1. Lors des essais hivernaux en 2016, quand je suis revenu dans une F1, il ne m'a pas fallu beaucoup de tours. J'avais l'impression de ne m'être éloigné de la voiture que le temps d'un hiver normal. On reprend rapidement, et c'est la même chose pour tout le monde. C'est excitant, et ce sera une bonne chose d'être de retour." 

Le Danois espère que la F1 parviendra à mettre en place tous les protocoles complexes qui doivent l'être pour lui permettre d'organiser le début de saison en Autriche au mois de juillet, sur le Red Bull Ring. Une tâche délicate mais qui inspire plutôt confiance à ce stade. "Ça va être un gros boulot pour que ça se fasse", souligne Magnussen. "Mais tout ce qu'il faut pour renouer avec la course, je suis prêt à le faire. Nous devons faire tout ce que nous pouvons pour nous assurer de le faire de manière sûre pour tout le monde. Ce n'est pas l'idéal mais c'est mieux que ne pas courir avant longtemps. Si nous sommes unis, je pense que nous pouvons y arriver. Nous verrons quelles mesures il y aura et ce que nous devrons faire, mais d'après ce que j'ai entendu il y a déjà beaucoup de choses et ce sera très différent. Je reste impatient d'y être, impatient de me remettre sur les rails."

partages
commentaires
Malgré les doutes, le GP de Singapour discute toujours avec la F1

Article précédent

Malgré les doutes, le GP de Singapour discute toujours avec la F1

Article suivant

Ces pilotes qui ont couru pour Ferrari et McLaren

Ces pilotes qui ont couru pour Ferrari et McLaren
Charger les commentaires
Bottas, dans le piège et sur un fil Prime

Bottas, dans le piège et sur un fil

Le Grand Prix de France n'est qu'une preuve de plus du rôle à la fois central que pourrait occuper mais aussi des problèmes que risque de poser (et de se poser) Valtteri Bottas chez Mercedes.

Formule 1
22 juin 2021
Les notes du Grand Prix de France 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de France 2021

Après le Grand Prix de France, septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
21 juin 2021
Qu'est-ce qui empêche les Américains de courir en F1 ? Prime

Qu'est-ce qui empêche les Américains de courir en F1 ?

Lors des 25 dernières années, deux Américains seulement ont couru en Formule 1, sans marquer le moindre point. Qu'est-ce qui explique ce manque de succès dans la catégorie reine du sport automobile ?

Formule 1
20 juin 2021
Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1 Prime

Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1

Deux dixièmes places lors des dernières courses ont permis à Alfa Romeo de se hisser en tête de la lutte parmi les écuries de fond de peloton, mais à plus long terme, l'équipe basée en Suisse a des ambitions bien plus grandes. Avec les nouvelles règles de 2022 qui devraient équilibrer les choses, le patron de l'écurie, Frédéric Vasseur, a de bonnes raisons d'être optimiste, comme il l'a expliqué à Motorsport.com dans une interview exclusive.

Formule 1
19 juin 2021
Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc Prime

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc

Ferrari a impressionné en signant la pole position à Monaco et à Bakou. Voici comment la Scuderia a redressé la barre après une saison 2020 difficile.

Formule 1
18 juin 2021
Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Formule 1
17 juin 2021
Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021