Manor - "Sans l’aide de Ferrari, nous ne serions pas là"

La survie de l’équipe Manor est un de ces petits miracles dont la Formule 1 a parfois le secret.

Après avoir surmonté les pires épreuves en fin d’année 2014, avec la perte tragique de Jules Bianchi et une mise sous administration, l’écurie est toujours présente sur la grille. 

Après avoir retrouvé son nom d’origine - Marussia reste officiellement utilisé cette année aux côtés du nom Manor, pour des raisons administratives -, le team repassé sous pavillon britannique traverse l’année 2015 à la recherche du temps perdu. Il a fallu tout reconstruire, intégrer une nouvelle usine, tout en maintenant en piste une monoplace dépassée, qui ne laisse aucun espoir de résultat à ses pilotes. 

Des V6 Mercedes en 2016

Mais l’essentiel est ailleurs et après la survie, Manor vise la stabilité et un retour à des standards plus dignes de la catégorie reine la saison prochaine. Après avoir recruté du personnel, dont certains noms importants comme Bob Bell, un accord a été trouvé avec Mercedes pour obtenir les V6 allemands. Suffisant pour nourrir des espoirs bien plus grands en vue de 2016. 

"C’est un gros pas en avant pour l’équipe", souligne Graeme Lowdon, Directeur Sportif de Manor. "Si l’on regarde les douze derniers mois, c’est impressionnant tout ce qui s’est passé dans l’équipe. Nous nous sommes plus que reconstruits." 

"Cette année, il s’agissait plutôt de revenir au point où nous étions probablement il y a un an et demi. Ce nouvel accord avec Mercedes et aussi avec Williams [pour un partenariat technique, ndlr], avec qui nous avons travaillé par le passé avec réussite, nous donne la chance de vraiment revenir dans le peloton et de vraiment faire la course, ce que nous voulons faire."

Rien de possible sans Ferrari

Pour relancer son activité en piste, Manor a pu compter cette année sur un accord de dernière minute avec Ferrari, qui lui fournit des blocs 2014. Lowdon a énormément insisté sur l’aide apportée par la Scuderia, notamment au cours des premiers mois de la saison, pour permettre le maintien en vie de l’équipe. 

"C’est aussi important de souligner l’assistance dont nous avons bénéficié de la part de la Scuderia Ferrari cette année", rappelle-t-il. "Cette année était étrange pour nous et nous étions dans une situation où, sans leur aide en début de saison, nous ne serions tout simplement pas là. Sans l’aide de Sergio Marchionne et Maurizio Arrivabene et plus particulièrement de James Allison en début de saison… Il y a eu une quantité d’efforts énorme pour faire en sorte que notre équipe soit toujours sur la grille et je crois que nous serons toujours extrêmement reconnaissants pour cela."

Des baquets enviables

Avec trois pilotes utilisés en cette fin de saison - Will Stevens, Roberto Merhi et Alexander Rossi -, Manor ne songe pas encore à son line-up 2016. Au sein d’un plateau qui affiche déjà presque complet, les baquets seront prisés, qui plus est avec la meilleure unité de puissance du plateau dans le dos. 

"C’est complètement ouvert", assure Lowdon quant aux pilotes pour l’an prochain. "Ce n’est facile pour aucun pilote d’arriver en Formule 1 et il y a de bons pilotes qui cherchent à le faire, mais la grille est aussi déjà assez pleine actuellement. Nous avons des pilotes qui ont besoin de se concentrer sur cette année. Les décisions concernant ceux de l'an prochain viendront plus tard cette saison."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Manor Racing
Type d'article Actualités
Tags ferrari, mercedes-benz, moteur, partenariat