Mansell : Le Roi Lion (3/3)

Après quatre saisons en bleu et blanc, Mansell se retrouva en rouge, non sans avoir gagné d'emblée au Brésil

Après quatre saisons en bleu et blanc, Mansell se retrouva en rouge, non sans avoir gagné d'emblée au Brésil. A Silverstone, il fut le seul rempart à une domination Mclaren mais une crevaison l'empêcha de défendre ses chances à la régulière. Il conserva malgré tout une deuxième place méritée, derrière Prost.

Douze mois plus tard, le Français devint son équipier, et ne put que constater l'audace de son voisin de garage : Mansell passa Copse à fond en qualifications, chose que personne, Prost compris, ne sut reproduire. L'Anglais décrocha enfin la pole devant son public mais en course, la boîte de vitesse semi-automatique de la Ferrari, encore fragile, lâcha son pilote une fois de plus, non sans avoir vu Prost le passer pour la tête.

De dépit après une première moitié de saison où il fut totalement effacé par le Professeur, et estimant qu'il n'a jamais pu jouer sa propre carte nulle part, Mansell annonça à la surprise générale sa retraite à la fin de l'année. Heureusement pour ses fans, cette déclaration ne fut pas suivie d'effets.

En effet, en 1991, le Lion était de retour chez Williams, où il domina le week-end intégralement : premier à chaque séance d'essais, en pole lors des deux séances de qualifications, en tête de bout en bout en course, et victoire ponctuée du meilleur tour en course. La totale tout simplement, non sans ramener Senna à son stand lors du tour d'honneur après la panne d'essence de ce dernier.

Puis vint 1992, pour ce qui resta son dernier Grand Prix d'Angleterre. Mansell dominait la saison comme rarement, il était donc évident qu'il allait offrir aux spectateurs un one-man-show exemplaire. Ils ont été servis : Mansell signa la pole avec près de deux secondes d'avance sur Patrese et trois sur Senna ! Un exploit salué très... personnellement par Patrese : l'Italien vint après la séance tâter par derrière l'entrejambe de son équipier et lui précisa avant que Mansell ne veuille lui coller un poing dans la figure qu'il voulait juste vérifier qu'elles étaient bien plus grosses que les siennes !

La course fut à l'image de sa saison, non sans signer un meilleur tour là aussi deux secondes plus rapide juste pour les fans et l'emporta à domicile une quatrième et dernière fois, avec la foule envahissant la piste comme en 1987. Cette fois, Mansell dut leur préciser de ne rien détacher de la voiture, pour finalement trouver refuge dans une ambulance afin de revenir entier sur le podium !

L'Anglais déchaînait les passions outre-Atlantique, et ceux-ci le gonflaient à bloc en retour. Il ne s'en est jamais caché :

"C'est grâce à eux que j'ai été capable de faire certaines choses durant ces années. Et je leur ai rendu la pareille. Ils savaient que quand je serais de retour pour le Grand Prix, je seras prêt à me tuer pour eux"

Nul n'aura autant galvanisé le public britannique que Nigel Mansell. N'en déplaise aux Hamilton, Button, Di Resta ou Chilton.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Nigel Mansell
Équipes Williams , Ferrari
Type d'article Actualités