Marchionne : Ferrari n'a "pas besoin" de remaniement

partages
commentaires
Marchionne : Ferrari n'a
Par : Lawrence Barretto
23 oct. 2017 à 14:24

Président de Ferrari, Sergio Marchionne assure que pointer du doigt une personne seule serait "idiot" après les ennuis de fiabilité rencontrés par la Scuderia lors de la tournée asiatique.

Maurizio Arrivabene, Team Principal Ferrari
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H, Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08
Mattia Binotto, directeur technique de Ferrari
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Jock Clear, ingénieur en chef Ferrari et Maurizio Arrivabene, directeur
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08, Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H

L'enchaînement des trois Grands Prix à Singapour, Sepang et Suzuka a coûté très cher à Ferrari, qui y a sans doute vu s'envoler tous ses espoirs de rivaliser avec Mercedes jusqu'au bout de la saison pour le titre mondial. Outre l'accrochage ayant éliminé Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen, l'écurie italienne a connu une succession de défaillances moteur en Malaisie et au Japon, qui ont inévitablement débouché sur des rumeurs de grand chambardement.

Ainsi, le départ de Maurizio Arrivabene a fait partie des rumeurs récentes, avec en toile de fond un possible remplacement par Mattia Binotto, actuel directeur technique des Rouges. Est-ce une réalité ? "Non", rétorque Sergio Marchionne. "Mattia et Maurizio ont tous les deux été impliqués dans ce processus. Enlever l'un ou l'autre est un peu idiot."

"Ils étaient tous les deux à la table quand l'opération était en cours, et je suis techniquement impliqué aussi, j'étais le président", poursuit le dirigeant italien. "Mais ça ne va pas résoudre le problème. Nous devons gagner, c'est la chose la plus importante. Je ne pense pas que ça puisse être attribué à une seule personne. Les processus n'ont peut-être pas aidé, et ces choses-là doivent être corrigées."

Une malchance liée à un "hasard extraordinaire"

Plus à chaud, après les événements de Suzuka, Marchionne avait pointé du doigt l'échec du contrôle qualité chez Ferrari, avant de procéder au recrutement de Maria Mendoza au sein du groupe Fiat Chrysler Automobiles afin de réorganiser ce département à Maranello. Le président de la firme au cheval cabré assure toutefois qu'il ne s'agissait pas de prémices à une série de grands changements humains.

"Je ne pense pas que nous devons remanier l'équipe", insiste-t-il. "Les choses qui se sont passées lors des trois dernières courses en Asie [et avant Austin] ont vraiment été une collection des événements les plus malchanceux. À l'exception des défaillances techniques que nous avons connues, qui étaient liées à la qualité, tout le reste était un hasard extraordinaire."

"La probabilité que nous répétions ces erreurs est, je l'espère, très faible. Nous avons fait un changement d'organisation en faisant venir quelqu'un qui a de l'expérience sur le plan de la qualité, afin d'essayer de renforcer nos compétences. Le reste, je pense, se situe dans la manière dont nous gérons les choses. Je pense que tout ira bien, je ne pense pas que nous ayons besoin de remanier l'équipe, je ne pense pas que nous ayons besoin de faire des changements. Cette équipe sait comment gagner et sait comment elle l'a fait, il faut leur donner l'espace pour le faire."

Prochain article Formule 1
Alonso avec la dernière évolution Honda à Mexico ?

Article précédent

Alonso avec la dernière évolution Honda à Mexico ?

Article suivant

Hartley ne sait "vraiment pas" s'il courra à Mexico

Hartley ne sait "vraiment pas" s'il courra à Mexico
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP des États-Unis
Catégorie Après-course
Lieu Circuit of the Americas
Auteur Lawrence Barretto
Type d'article Actualités